BFMTV

La popularité de Copé en net recul

Le président de l'UMP est de moins en moins populaire.

Le président de l'UMP est de moins en moins populaire. - -

Selon le dernier sondage Ifop-Paris Match, la popularité du président de l'UMP Jean-François Copé a reculé de sept points en un mois, tombant à 34%. Pendant ce temps, les ministres du gouvernement Ayrault sont nombreux à enregistrer une hausse.

La popularité de Jean-François Copé a reculé en un mois de sept points, pour tomber à 34%, selon le baromètre Ifop-Paris Match publié mardi.

Perdant onze places, le président de l'UMP n'arrive qu'en 43e position de ce palmarès mensuel, avec 34% de bonnes opinions au lieu de 41% en avril, et 65% de mauvaises opinions.

L'Ifop fait le lien entre cette régression et "la fin du débat sur le mariage pour tous", où le président de l'UMP avait été en pointe du combat frontal contre la nouvelle législation. L'institut note que cette baisse est "particulièrement sensible au sein de sa propre famille politique" (-14 points chez les sympathisants UMP).

Rival de Jean-François Copé pour le leadership à l'UMP, François Fillon (10e) progresse de deux points avec 56% de bonnes opinions.

Manuel Valls occupe encore la première place

Pendant ce temps, les ministres du gouvernement Ayrault "sont nombreux à enregistrer une hausse globale de leur cote d'opinion", révèle le sondage.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls garde la première place du classement, avec 65% de bonnes opinions (+1). Il devance Christine Lagarde (64%) et Bertrand Delanoë (63%). Progressent nettement Michel Sapin (Travail, 60%, +5 points), Arnaud Montebourg (Industrie, 53%, +4), Pierre Moscovici (Economie et finances, 51%, +5) ainsi qu'Aurélie Filippetti, Vincent Peillon, Fleur Pellerin, Marisol Touraine et Stéphane Le Foll.

Enfin, à droite, François Fillon est préféré à Nicolas Sarkozy par 56% des Français, contre 40% qui se prononcent en faveur de l'ancien président. C'est l'inverse - comme l'ont montré d'autres enquêtes - chez les sympathisants UMP, 70% d'entre eux accordant leur préférence à Nicolas Sarkozy, 29% citant François Fillon.

Sondage réalisé par téléphone du 16 au 17 mai auprès d'un échantillon de 1004 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas.

V. G. avec AFP