BFMTV

Sondage: La République en marche creuse l'écart avec LR et le FN

L'affiche de campagne d'une candidate La République en marche, le 30 mai 2017 à Saint Gilles.

L'affiche de campagne d'une candidate La République en marche, le 30 mai 2017 à Saint Gilles. - PASCAL GUYOT / AFP

D'après la dernière vague du baromètre Cevipof, réalisé auprès de plus de 14.000 personnes, la République en marche est créditée de 31% d'intentions de votes, devant LR (22%) et le FN (18%).

La République en marche creuse l'écart avec ses adversaires, à 11 jours du premier tour des législatives. D'après la dernière vague du baromètre du Cevipof (Sciences Po), publiée ce vendredi, elle est créditée de 31% d'intentions de vote, un chiffre légèrement en hausse par rapport aux études précédentes, réalisées sur un panel moins important. Ce sondage Ipsos Sopra Steria Game changers a été réalisé auprès de 14.958 personnes inscrites sur les listes électorales. 

La République en marche, alliée au MoDem, semble en mesure d'obtenir une large majorité et devance de 9 points LR et l'UDI (22%) et de 13 points le FN (18%), stables pour les deux. La France insoumise est stable également avec 11,5% d'intentions de vote et le PS allié au PRG en légère baisse à 8,5% (-0,5), selon cette enquête réalisée en partenariat avec Le Monde. EELV est crédité de 3%, le PCF et Debout la France de 2% chacun.

Un Français sur 2 lui souhaite une majorité

La participation au premier tour de scrutin est évaluée à 61% du corps électoral et 64% des Français interrogés se disent sûrs de leur choix. Avec de tels scores, le bloc La République en marche/MoDem obtiendrait, selon les projections d'Ipsos, entre 395 et 425 sièges, ce qui lui assurerait largement la majorité absolue dans la future assemblée (289). LR et l'UDI obtiendraient 95 à 115 sièges, l'ensemble PS/PRG/EELV/Divers gauche serait laminé avec 25 à 35 sièges. La France insoumise et le PCF décrocheraient entre 10 et 20 sièges et le Front national entre 5 et 15.

Un Français sur deux seulement (50%) se dit en revanche favorable à ce qu'Emmanuel Macron dispose d'une majorité à l'Assemblée, contre autant d'un avis contraire "pour qu'il partage le pouvoir".

Une image mitigée

Cette étude renseigne également sur l'image du nouveau président de la République, qui apparaît plutôt mitigée. 50% des personnes interrogées estiment que la phrase "il veut vraiment changer les choses" s'applique à lui. 49% estiment qu'il est courageux, 48% qu'il a l'étoffe d'un président, et 46% qu'il est sympathique.

Les résultats sont en revanche plus bas pour la phrase "est honnête" (cela s'applique pour 36% seulement, et s'applique moyennement pour 42%). Autre score faible: seuls 24% des personnes interrogées considèrent que la phrase "comprend bien les problèmes des gens comme nous" s'applique à Emmanuel Macron. 40% estiment cependant que le président n'est pas inquiétant. 

Cette enquête est réalisée sur le même panel d’électeurs interrogés depuis novembre 2015 sur leurs choix électoraux et politiques. Du 27 au 30 mai, 14.958 personnes inscrites sur les listes électorales ont été interrogées par Internet, dont 8778 certaines d’aller voter au premier tour des législatives et exprimant une intention de vote. Les intentions de vote ne constituent pas une prévision de résultat. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Charlie Vandekerkhove avec AFP