BFMTV

Sans changement de ligne politique, Jean-Marie Le Pen ne votera pas pour Marine en 2017

Le député européen, menacé d'exclusion du FN par sa fille, estime que Marine Le Pen "scie la branche sur laquelle elle est assise" dans une interview accordée au JDD. Et envisage de ne pas voter pour la présidente du parti en 2017, "sans changement de ligne politique".

Entre Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen, il ne semble plus y avoir que le nom de famille en commun. Celui qui est encore le président d'honneur du FN, malgré la volonté de sa fille de l'exclure du parti, pointe du doigt la ligne politique de sa fille dans une interview au Journal du Dimanche (JDD). Morceaux choisis.

"Ni les moyens éthiques, ni les moyens politique"

"Si Marine Le Pen suit la même ligne qu'aujourd'hui, avec les mêmes procédés (...), non je ne la soutiendrai pas": Jean-Marie Le Pen le clame haut et fort, sa fille n'a pas son soutien en vue de l'élection présidentielle de 2017. Et le fondateur du Front national de tancer celle qui a pris sa succession: "Elle affiche l'ambition d'être un jour chef de l'État mais elle ne s'en donne pas les moyens. Ni les moyens éthiques, ni les moyens politiques", affirme Jean-Marie Le Pen, qui regrette une fois de plus la direction prise par son parti. "Elle scie la branche sur laquelle elle est assise, avec des procédés qui révulsent même ses adversaires".

"C'est comme sous la Terreur! C'est 1793!"

Le 20 août, Jean-Marie Le Pen sera vraisemblablement déchu de son poste de président d'honneur du FN. "C'est comme sous la Terreur! C'est 1793! Vous connaissez à l'avance les décisions du tribunal révolutionnaire!", fustige celui qui se dit "victime d'une injustice majeure, non seulement moi mais aussi le Front national". Pour autant, le député européen ne baisse pas les armes: "Je me battrai jusqu'à la victoire du droit, de la justice, de la légalité".

Dans une interview accordée au magazine Valeurs Actuelles, Nicolas Sarkozy n'a pas hésité à s'adresser aux électeurs du FN. Encore une erreur à attribuer à Marine Le Pen, selon son père: "C'était évidemment le risque que pouvait faire courir l'évolution nouvelle de la ligne du Front national. Cette ligne dégage en quelque sorte un espace à la droite dure, et cela favorise en effet Sarkozy. Lui, il entre dans la brèche".

J.D-M.