BFMTV

Rihan Cypel, toujours un « Français de fraîche date » pour Gollnisch

Pour Bruno Gollnish, l’accusation de diffamation se heurte à la liberté d’expression.

Pour Bruno Gollnish, l’accusation de diffamation se heurte à la liberté d’expression. - -

Invité ce mercredi midi dans "Les Grandes gueules" sur RMC, Bruno Gollnisch, député européen FN, a réitéré ses propos contre le député PS Eduardo Rihan Cypel, Brésilien naturalisé Français, opposant diffamation et liberté d’expression.

Dans l’émission les « Grandes gueules » sur RMC ce mercredi midi, Bruno Gollnisch face à Olivier Truchot a réitéré ses propos contre le député PS Eduardo Rihan Cypel, qu’il avait qualifié de « Français de fraîche date » le 1er août dernier et ajoutant que ce dernier lui faisait « penser à ces gens que vous invitez chez vous et qui, une fois qu'ils y ont pris pied, veulent y faire venir un petit peu tout le monde ».
Alors qu’Eduardo Rihan Cypel, Brésilien naturalisé, a décidé de porter plainte contre lui, le député européen FN s’est justifié, arguant ne pas s’être attaqué à ses origines, « un fait qui figure dans toutes ses biographies », mais « à son arrogance ». Bruno Gollnisch a assuré  « côtoyer au FN des patriotes Français de fraîche date et avoir épousé une étrangère naturalisée ». Et de préciser : « Quand on arrive dans une famille depuis peu, on ne crache pas dans la soupe. Ce n’est pas une question politique ou juridique, mais de bienséance ».

Débat ou duel au sabre

Pour Bruno Gollnisch, l’accusation de diffamation portée par le député PS de Seine-et-Marne se heurte à la liberté d’expression. « J’ai porté sur son compte des critiques politiques, ce que j’ai dit n’est en rien diffamatoire ». A l’entendre, il ne fait que répondre à celles d’Eduardo Rihan Cypel envers le FN : « Ce qui me gêne, c’est qu’il s’arroge le droit de dire qui est républicain et qui ne l’est pas, d’exclure le patriote que je suis et des millions d’autres, de la République. Il a attaqué dix fois le FN, il voit des fascistes et des racistes partout, je lui dis ‘assez d’arrogance’».
Bruno Gollnisch a été jusqu'à critiquer le dépôt de plainte d’Eduardo Rihan Cypel, estimant préférer… un duel au sabre : « Il pourrait me proposer un débat, m’affronter sur les ondes ou pour un duel au sabre, mais non, il veut aller se plaindre à la justice ». Si l’affaire allait au tribunal, Bruno Gollnisch pourrait invoquer des poursuites abusives : « Si je suis obligé de me déplacer dans les prétoires, ça pourrait lui coûter cher » a conclu le député européen FN.

Claire Béziau