BFMTV

REVUE DE PRESSE - Remaniement: Hollande "se coupe le bras gauche"

La presse du jour se déchaîne sur le remaniement politique.

La presse du jour se déchaîne sur le remaniement politique. - BFMTV.com

La presse française de ce mardi se désole de cette nouvelle crise au sommet de l'Etat, tandis que la presse européenne découvre la personnalité d'Arnaud Montebourg, en partie à l'origine de ce renversement.

"Quel spectacle!" Les mots s'étalent sur la une du Parisien pour qualifier le dernier rebondissement politique qui agite le gouvernement. Lundi, le Premier ministre a présenté la démission de son équipe, à la surprise générale. La presse du jour, saignante, s'interroge: Manuel Valls a-t-il eu raison de prendre cette décision radicale? "Question d'autorité. Exit le trublion ministre...", estime Laurent Joffrin dans Libération. En se séparant de ministres réclamant une politique plus sociale, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti, Hollande "se coupe le bras gauche", ironise Hervé Favre dans La Voix du Nord.

Une fois n'est pas coutume, le journal de gauche titre sa une d'une voix unanime avec Le Figaro: "Crise de régime". "Attaqué dans son propre camp, victime d'une impopularité abyssale, François Hollande est confronté à une crise sans précédent", poursuit ce dernier, dont le choix iconographique, un François Hollande sous une pluie battante, les lunettes embuées, n'est pas des plus flatteurs pour le Président.

Pour Le Monde, le couple à la tête de l'exécutif saura "dans les prochaines heures" s'ils ont eu raison de faire taire ce qu'ils ont jugé comme une "dissidence inacceptable". Mais quelle que soit la réponse, "elle sera pour le président la dernière chance de sauver son quinquennat", estime l'éditorialiste.

Montebourg, ce "franc-tireur"

A l'étranger, les médias découvrent la personnalité d'Arnaud Montebourg. Ils s'amusent de ce ministre de l'Economie qui "critique publiquement les politiques d'austérité du gouvernement", écrit The Guardian, qui le qualifie de "maverick" (franc-tireur, ndlr).

En Allemagne, il est décrit comme "un ambitieux sans scrupule", "fort en gueule" et "provocateur" dans les colonnes du Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui lui reconnaît cependant "un inimitable talent pour transformer une défaite en victoire".

Quant au Soir, le journal belge fait sa manchette avec "La rupture" à la une, barrant une photo de Hollande et Montebourg. L'éditorialiste souligne que dans cette affaire, "le nombril est français, mais le débat, lui, est européen".