BFMTV

Régionales: Gérald Darmanin compare une victoire du RN à une "marque satanique"

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin le 18 mai 2021 à l'Assemblée nationale à Paris

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin le 18 mai 2021 à l'Assemblée nationale à Paris - THOMAS COEX © 2019 AFP

Le ministre de l'Intérieur estime qu'en cas de victoire du parti d'extrême droite dans une région, les investisseurs étrangers "iront dans un endroit plus acceptable."

A quelques jours du premier tour des élections régionales et départementales, tous les coups sont permis. En déplacement jeudi à Dijon en côte-d'Or, le ministre de l'Intérieur, venu soutenir les candidats LaREM pour ce scrutin, s'est laissé aller à une comparaison surprenante, qui a fait bondir bon nombre de représentants politiques.

"Au second tour, il y a la volonté que le Rassemblement national ne gagne jamais une région. On voit bien la marque satanique que représenterait une victoire du RN. Si un territoire est dirigé par un parti extrémiste, pensez-vous que les investisseurs étrangers viendront davantage? Non. Ils iront dans un endroit plus acceptable", a déclaré l'homme fort de la place Beauvau, dans des propos rapportés par Le Bien Public.

Pour l'heure, le candidat du parti de Marine Le Pen dans la région Bourgogne-Franche-Comté, Julien Odoul, est en tête des intentions de votes au premier tour, loin devant le candidat du parti présidentiel, qui quant à lui piétine actuellement dans les enquêtes, souligne encore le média local.

La question du traitement du RN

Pour Matthieu Croissandeau, éditorialiste politique de BFMTV, l'emploi ce ce terme est "hallucinant", mais traduit également la difficulté qu'ont les adversaires actuels du Rassemblement national à faire face à la situation actuelle.

"Comment le prendre? Darmanin avait critiqué la molesse de Marine Le Pen, il faut choisir. L'ascension du RN bouscule tout, comment le traîter, le qualifier, la question du Front républicain se pose, faut-il se retirer, mixer les listes?", questionne-t-il.

Pour Matthieu Croissandeau, cette manière de "rediaboliser" Marine Le Pen est comparable à la rhétorique quasi-complotiste utilisée par la frange QAnon aux États-Unis lors dela dernière élection présidentielle, au cours de laquelle les Démocrates avaient à plusieurs reprises été accusés de fomenter un complot pédophilo-satanique.

Critiques

L'attaque de Gérald Darmanin a logiquement fait réagir. Dans un tweet publié jeudi apr-ès-midi, Marine Le Pen s'est uniquement fendue d'un "Ont-ils tous perdu la tête?", accompagné d'une capture d'écran de l'article du Bien Public.

De son côté, le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a joué d'ironie pour critiquer le propos du ministre de l'Intérieur. "Complotiste antisataniste ce Darmanin non?", a-t-il écrit sur le même réseau social.

A dix jours du premier tour des élections régionales, plusieurs sondages confirment une poussée du Rassemblement national qui arriverait en tête dans six régions, même si les alliances et les désistements au second tour pourraient l'empêcher de s'imposer comme en 2015.

En Paca toutefois, le candidat RN Thierry Mariani vire en tête au premier tour avec 41% des voix devant le LR Renaud Muselier (34%), et est donné vainqueur au second tour "dans tous les cas de figure", indique un sondage de l'institut Ipos Sopra Steria qui a pris le pouls dans plusieurs régions pour France 3.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV