BFMTV

Référendum climat: Jadot dénonce un "coup politique" mais "fera campagne pour le oui"

L'eurodéputé écologiste a dénoncé un "coup politique" du chef de l'Etat mais a annoncé qu'il soutiendra le projet de référendum pour inscrire la lutte pour le climat dans la constitution.

Yannick Jadot, invité ce mardi de BFMTV-RMC, a annoncé qu'il soutiendra le référendum annoncé par Emmanuel Macron afin d'intégrer la défense du climat et la préservation de l'environnement dans la Constitution.

"C'est un combat des écologistes depuis longtemps. Nous réclamons depuis des années que la constitution protège davantage le climat, la biodiversité, qu'on évite en permanence de régresser", a-t-il indiqué.

L'eurodéputé écologiste a souligné qu'il "fera campagne pour le oui" mais a toutefois dénoncé un "coup politique" du chef de l'Etat "construit sur une bonne mesure".

"Le Président va le proposer probablement pendant la campagne électorale, on voit une forme d'opportunisme", a-t-il ajouté.

"Une promesse trahie"

Yannick Jadot a critiqué le bilan d'Emmanuel Macron en matière de protection de l'environnement, comme la présentation récente d'un projet de loi permettant la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes, des insecticides accusés de tuer les abeilles.

"Il va proposer d'inscrire dans la Constitution le fait qu'on ne puisse plus passer des lois qui sont des lois de régression. Comme si lui-même avait fait le constat que pendant ce quinquennat il n'a fait que passer des lois de régression et de renoncement: les néonicotinoïdes, le glyphosate, les pesticides et l'agriculture de circuit court et bio. (...) Implicitement, le président Macron, au lieu d'accélérer comme lui réclament tous les experts, toutes les entreprises, tous les citoyens, reconnaît qu'il n'a fait que renoncer, que régresser, que procrastiner", a-t-il dénoncé.

Pour l'eurodéputé écologiste, le chef de l'Etat a fait de l'écologie "un slogan", "une promesse trahie" et désormais un "coup politique". "Ce n'est pas à la hauteur des enjeux mais c'est malheureusement totalement représentatif de ce quinquennat", a-t-il conclu.

Clément Boutin Journaliste BFMTV