BFMTV

Raffarin « Sur la sécurité, le problème c'est l'UMP »

Jean-Pierre Raffarin, sénateur de la Vienne, est l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce mardi à 08h35

Jean-Pierre Raffarin, sénateur de la Vienne, est l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce mardi à 08h35 - -

L’ancien premier ministre Jean–Pierre Raffarin, actuel sénateur de la Vienne et Vice-Président de l'UMP, a reproché à son parti une dérive droitière lors du passage à Poitiers de la Tournée « Bougeons-nous » de Jean-Jacques Bourdin.

L’actualité, c’est cet été très sécuritaire, avec toutes ces polémiques… Dominique de Villepin est allée très loin hier dans le Monde, il a parlé de tâche de honte sur notre drapeau. Est–ce que vous partagez, Jean–Pierre Raffarin, ce sentiment d’indignité ?

« Le propos est excessif. Je le connais bien, c’est une personne de qualité, c’est un homme d’expérience. Mais il n’est pas réputé pour son tempérament modéré. Ce qui est important, c’est d’analyser cette situation grave. Je pense que le président de la République est à la hauteur de sa fonction quand il mesure à son poste, le niveau d’exaspération des Français quant à l’insécurité. Pendant trop longtemps dans notre pays on a pas mesuré cette exaspération. Il y a eu des problèmes très concrets, je pense à l’Isère, au Loiret… Le président a fait un certain nombre de propositions concrètes pour lutter contre ces problèmes concrets.»

« L’UMP est hémiplégique »

« A mon avis, très franchement, sur ces sujets c’est l’UMP qui pose problème (ndlr : à noter que Jean-Pierre Raffarin est Vice-Président de l'UMP). Le gouvernement, l’exécutif est devant un devoir d’action. Un parti politique est devant un devoir de pensée. Et pendant tout ce mois d’août, j’ai trouvé l’UMP hémiplégique. Je n’ai entendu que son cerveau droit. Il y a une course à droite qui risque de le déséquilibrer. J’attends du premier ministre, chef de la majorité, qu’il prenne la parole et réaffirme les valeurs d’équilibre d’une majorité qui doit aussi avancer avec son cerveau gauche. Que l’humanisme libéral, l’humanisme issu du Gaullisme puisse s’exprimer. Ce que nous avons entendu ce mois d’août, il y a une surenchère d’amendements… C’est une salade niçoise. Je pense qu’il y a aujourd’hui des propositions absurdes : mettre les parents en prison, sanctionner les maires… Et très franchement, il ne me semble pas qu’il y ait au Sénat une majorité pour voter de tels amendements

Pour retrouver l'intégralité du podcast de Jean-Pierre Raffarin cliquez ici