BFMTV

Quand Bennahmias s’emmêle les pinceaux sur son propre programme

Jean-Luc Bennahmias a semblé découvrir l'une des propositions énoncées... sur son propre site de campagne, ce jeudi soir lors du premier débat opposant les sept candidats à la primaire de la gauche.

Remarqué lors du premier débat de la primaire de la gauche, Jean-Luc Bennahmias, le seul à être venu sans cravate, a voulu jouer sur la décontraction et le franc-parler.

Peut-être même un peu trop: le candidat du Front démocrate a semblé ne pas connaître son programme par cœur. Interrogé sur une mesure sécuritaire évoquée dans son propre programme, qui consiste à équiper les vigiles de supermarchés et de centres commerciaux d'armes non létales, Jean-Luc Bennahmias a démenti l’avoir inscrite dans ses propositions.

"Je ne sais pas où vous avez vu ça!"

"J’apprends que je veux constituer un corps de vigiles privés, je ne sais pas où vous avez vu ça!" s’est-il étonné. Elizabeth Martichoux et Gilles Bouleau, qui animaient le débat ce jeudi, n’ont pas manqué de lui rappeler qu’ils avaient lu cette mesure sur son site Internet Jean-Luc Bennahmias 2017.

Visiblement agacé, le candidat a simplement répondu: "Quand on fait des choses sur Internet, il y a toujours des surprises", avant d’ajouter que cela lui avait "échappé sur son site".

La mesure est pourtant bien inscrite

En matière de lutte contre le terrorisme, Jean-Luc Bennahmias, ancien membre des Verts, passé ensuite par le Modem avant de créer son mouvement pro-Hollande, le Front démocrate, n’a finalement pas fait de nouvelle proposition. Il s’est contenté de féliciter l’action du gouvernement socialiste et le travail des forces de l’ordre au lendemain des attentats qui ont frappé la France. Il a par ailleurs fermement défendu les assassinats ciblés à l'étranger. 

Mais sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes et journalistes se sont empressés d’aller vérifier son site de campagne. 

Verdict: dans la rubrique "sécurité" de son site, la mesure est bien énoncée.

Il propose ainsi de "constituer un corps de vigiles de sécurité agréés par le ministère de l'Intérieur qui pourront avoir des armes non-létales pour immobiliser les éventuels terroristes dans chaque centre commercial ou supermarché avant l’arrivée des forces de l’ordre et renforcer le maillage de sécurité national gradué et plus efficace".
M.P.