BFMTV
Politique

Pourquoi des maires déclinent l’invitation de Sarkozy

Invités à diner à l'Elysée, des maires refusent, dénonçant «une manœuvre» du Président Sarkozy...

Invités à diner à l'Elysée, des maires refusent, dénonçant «une manœuvre» du Président Sarkozy... - -

La moitié des 40 maires du comité directeur de l'Association des Maires de France, invités par Nicolas Sarkozy ce mercredi soir à l'Elysée, vont décliner l'invitation. A la veille de leur congrès Porte de Versailles à Paris, se sentant « méprisés », ils dénoncent «une manœuvre» du Président...

Ils n'iront pas manger à l'Elysée. La moitié des 40 maires invités par Nicolas Sarkozy, mercredi soir, vont décliner l'invitation, selon l'une des responsables du comité directeur de l'Association des Maires de France (AMF). Ces 40 maires composent le comité directeur de l'AMF. Ce sont des représentants de tous les départements.
Pourquoi déclinent-ils l'invitation ? Parce qu'ils la vivent comme un mépris. Ils ne comprennent pas pourquoi le Président ne vient pas voir directement mercredi les 36.000 maires, au congrès prévu Porte de Versailles, à deux pas de l'Elysée, et qu'il préfère recevoir discrètement un petit comité.

« Sarkozy n’ose pas venir les affronter »

Françoise Cartron, maire socialiste d'Artigue-près-Bordeaux (Gironde), membre du comité directeur de l'AMF et sénatrice, refuse l'invitation du Président. Elle aurait préféré qu'il se déplace lui-même devant tous les maires : « Le congrès des maires se situerait à l’autre bout de la France, j’arriverais peut-être à comprendre, mais là on est à peine à 10 minutes du Palais de l’Elysée, donc ça ne va pas lui perturber son emploi du temps. Les maires se sentent méprisés. On les a montrés comme étant trop nombreux, trop dépensiers, incompétents… alors que la majorité des maires sont pratiquement des bénévoles, dévoués à leur commune, à leur territoire, et ils ressentent ça comme une insulte. Nicolas Sarkozy sait qu’il y a ce divorce-là, et il n’ose pas venir les affronter, parce que je crois qu’il ne les comprend pas ; c’est ça qui est terrible ».

« Cette invitation est une manœuvre, une drague épouvantable »

Autre explication : cette invitation se tient entre les 2 tours de l'élection du président du congrès de l'AMF (1er tour mercredi et 2e tour jeudi). Les maires craignent une manipulation du président pour influencer le vote, à quelques mois de l'élection présidentielle. C’est le cas de Jean-Marie Darmian, maire (PS) de Créon (Gironde) et membre du comité directeur de l'AMF, qui va aussi décliner l'invitation : « Cette invitation est une manœuvre destinée à faire des annonces le mercredi soir, alors que le contexte sera peut-être très tendu pour l’élection du président de l’AMF. Ça va être une drague épouvantable. Ça veut dire que le maire devient un enjeu important dans le paysage politique, alors qu’il y a 4 mois on lui cassait du sucre sur le dos en supprimant les intercommunalités, en regroupant les syndicats, en parlant des indemnités, de leur goût pour les honneurs, etc. »

En effet, les relations entre les maires et Nicolas Sarkozy n'ont fait que se dégrader ces dernières années. En 2009, le président avait annulé sa visite au congrès au dernier moment – Fillon était finalement venu. Et les maires l'avaient pris comme un abandon, un mépris. L'année dernière, il était venu mais l'escadron de sécurité était tellement important que seule la moitié des maires avaient pu assister au discours. Ils l'avaient très mal vécu.