BFMTV

Pour Nicolas Bay, les journalistes poussent les frontistes à "l'excellence"

Nicolas Bay, vice-président du Front national

Nicolas Bay, vice-président du Front national - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Nicolas Bay prône un rapport plus apaisé du Front national avec les médias.

Ce sont des propos inhabituels dans la bouche d'un cadre du Front national, dont les responsables - Marine Le Pen en tête - fustigent d'ordinaire les "bobos gauchos" et les "flèches venimeuses" des médias à l'encontre du parti d'extrême droite. Lors d'une conférence avec l'Union des étudiants patriotes jeudi, le nouveau vice-président du FN Nicolas Bay a prôné un rapport plus apaisé avec les médias, comme le rapporte L'Opinion. "Chez beaucoup de journalistes, il y a une tendance très politiquement correcte à traiter le Front national différemment", commence par affirmer Nicolas Bay.

La suite détone nettement avec la musique entendue d'habitude au FN: 

"Il faut reconnaître qu’un certain nombre de journalistes essaient de faire leur travail avec rigueur et sens de l’équité. (...) Les médias, on fait avec. Il ne faut pas les voir comme des adversaires ou des soutiens. Le rôle des journalistes est d’avoir l’esprit critique. On ne peut pas leur faire grief de souligner les carences, de pointer ce qu’ils perçoivent comme des incohérences." Et de conclure en estimant que la presse pousse à les responsables du parti à la "rigueur" et à "l'excellence".

Louis Nadau