BFMTV

Pour Nathalie Arthaud, "il faut prendre sur les profits pour répartir le travail entre tous"

Nathalie Arthaud au Cirque d'Hiver le 30 septembre 2016.

Nathalie Arthaud au Cirque d'Hiver le 30 septembre 2016. - Jacques Demarthon-AFP

Nathalie Arthaud, candidate de "Lutte ouvrière" à l'élection présidentielle, était l'invitée du journal télévisé de TF1 ce mardi soir.

Nathalie Arthaud, candidate de "Lutte ouvrière" pour le scrutin présidentiel, était l'invitée de Gilles Bouleau au journal de 20h de TF1 ce mardi soir. Ayant récemment qualifié l'élection présidentielle à laquelle elle participe de "comédie", elle a expliqué le sens de sa candidature:

"Je participe à cette comédie pour la dénoncer. Je tiens à dire aux travailleurs, car je me présente pour faire entendre le camp des travailleurs et les intérêts des ouvriers, des employés, des chômeurs, que voter pour ceux qu’on nous présente comme les grands candidats (...) c’est donner son vote à des gens qui ne méritent pas la confiance des travailleurs et ne mèneront pas une politique favorable au monde ouvrier."

"1.800 euros c'est un minimum"

Les questions liées au monde du travail sont le centre névralgique de sa campagne. Après avoir appelé à "arrêter l’hémorragie des suppressions d’emplois", elle a plaidé pour une meilleure répartition du travail: "La société n’a jamais été aussi riche. Il faut prendre sur les profits et s’en servir pour répartir le travail entre tous." Nathalie Arthaud est également favorable à un relèvement du salaire minimum: "1800 euros par mois de salaire c’est un minimum. "

Mais la militante trotskiste compte moins sur l'élection en elle-même que sur les mouvements sociaux. "C’est la grande leçon du mouvement ouvrier. Tout ce que les ouvriers ont obtenu en termes d’avancées sociales, ils l’ont arraché par leurs grèves, par leurs mobilisations. Et ça n’a jamais été donné par en haut parce qu’effectivement c’est un rapport de forces", a-t-elle développé. 
R.V.