BFMTV
Politique

Pour Clément Beaune, "notre politique migratoire ne peut être qu’européenne"

Le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes est revenu sur certaines propositions de Michel Barnier sur l'immigration et l'Europe. "Quand vous êtes dans le club vous devez respecter les règles ", a averti Clément Beaune.

Un manque "de sérieux, de réalisme et parfois de valeurs". C'est par ces termes que le secrétaire d’État chargé des affaires européennes critique est revenu sur les propos tenus sur l'immigration et l'Europe, notamment par le candidat à l'investiture des Républicains (LR) en vue de la présidentielle, Michel Barnier, ce vendredi matin sur BFMTV-RMC.

L'ancien négociateur en chef du Brexit a surpris avec ses propos sur les règles européennes concernant l’immigration. Lors des journées du parti Les Républicains (LR) à Nîmes le 9 septembre, le candidat a estimé qu’il faudrait que la France retrouve sa souveraineté juridique face à la Cour de justice de l’UE (CJUE) et face à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

"Si on fait cela, on tue l’Europe"

"J’espère que ce n’est pas ce que pense et propose Michel Barnier", a indiqué Clément Beaune. "Si on fait cela, on tue l’Europe", a-t-il poursuivi, précisant que ces contrats ont été conclus de manière souveraine. "Quand vous êtes dans le club vous devez respecter les règles (...) Je respecte infiniment Michel Barnier mais il ne faut pas se laisser attraire dans les mauvais débats", a-t-il averti.

Le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes a remis en question le "sérieux" de telles déclarations. "Je ne veux pas qu’on fasse croire que l’Europe impose une forme de laxisme migratoire, ce n'est pas vrai", a-t-il affirmé.

Avant d'adresser des questions très concrètes aux candidats qui se prononcent sur ce thème. "Tous ceux qui nous disent immigration zéro, il faut qu’ils nous disent comment ils font. Ça ne se décrète pas sur un bout de papier." Il a pris les femmes afghanes pour exemple. "Comment ils distinguent les cas? Est-ce qu’ils leur disent, alors qu'elles sont en danger de mort dans leur pays, c’est zéro immigration?"

Augmenter les effectifs de Frontex

Sur la question de l'accueil des réfugiés, Clément Beaune a dit "assumer" devoir "en prendre une part". Le secrétaire d’État veut concilier respect des règles, des droits, et fermeté. "Il faut faire un effort pour ceux qui ont le droit à l’asile, et les autres, les reconduire", a-t-il précisé.

"Notre politique migratoire ne peut être qu’européenne", a insisté Clément Beaune. Sa solution est d'augmenter les effectifs de la police aux frontières européennes, Frontex. Et d'affirmer: "On a un objectif de 10 000 hommes au milieu des années 2020. C'est trop long, il faut accélérer."

Nina Jackowski