BFMTV

Perquisition à l'UMP dans l'affaire Woerth-Bettencourt

BFMTV

PARIS (Reuters) - Les juges d'instruction de Bordeaux chargés de l'affaire Woerth ont perquisitionné lundi au siège de l'UMP à Paris, a-t-on...

PARIS (Reuters) - Les juges d'instruction de Bordeaux chargés de l'affaire Woerth ont perquisitionné lundi au siège de l'UMP à Paris, a-t-on appris mercredi de source policière.

Les trois magistrats enquêtent sur un éventuel "trafic d'influence et financement illégal de parti politique".

Selon Europe 1, qui a révélé l'information, ils ont demandé au secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, de désigner trois personnes pour assister à la perquisition.

Les magistrats sont repartis avec la liste de tous les donateurs de l'UMP, dit-on de source policière.

Interrogé par Europe 1, l'entourage de Jean-François Copé précise que cette liste n'est pas secrète et qu'elle avait été communiquée à l'époque à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques.

L'affaire Woerth-Bettencourt avait été déclenchée par la publication en juin 2010 d'enregistrements réalisés clandestinement en 2009 et 2010 par le majordome de Liliane Bettencourt, première actionnaire du groupe L'Oréal.

Ils avaient également mis en lumière les possibles conflits d'intérêts entre Liliane Bettencourt et Éric Woerth, alors ministre du Travail, et les révélations s'étaient accumulées.

Quatre jours après la promulgation par Nicolas Sarkozy de la loi portant réforme des retraites, Éric Woerth avait été remplacé en novembre par Xavier Bertrand à la faveur d'un remaniement du gouvernement de François Fillon.

Le même mois, la Cour de cassation a transféré l'ensemble des dossiers au tribunal de Bordeaux dans le cadre d'un dépaysement de l'affaire Woerth-Bettencourt.

Nicolas Bertin et Gérard Bon, édité par Gilles Trequesser