BFMTV

Patrimoine des ministres : 8 millionnaires au gouvernement

Des membres du gouvernement.

Des membres du gouvernement. - -

Annoncées à 17h, puis à 19h, les déclarations de patrimoine de Jean-Marc Ayrault et des 37 ministres ont finalement été publiées ce lundi peu après 18h. C'est Laurent Fabius qui déclare le plus gros patrimoine, loin devant le 1er ministre Jean-Marc Ayrault.

Annoncées à 17h, puis à 19h, les déclarations de patrimoine de Jean-Marc Ayrault et des 37 ministres ont finalement été publiées ce lundi peu après 18h sur le site internet declarations-patrimoine.gouvernement.fr. Ces déclarations recensent, par pôles ministériels, les biens immobiliers, véhicules, bijoux, mais pas les déclarations d'impôts. La publication inédite de ces patrimoines avait été retardée par Matignon pour des raisons de « sécurité et d'accessibilité » du site. Au total, huit membres du gouvernement dépassent le million d'euros de patrimoine : Jean-Marc Ayrault, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, Michèle Delaunay (Personnes âgées), Marisol Touraine (Santé), Michel Sapin (Travail), Victorin Lurel (Outre-mers), Valérie Fourneyron (Jeunesse et Sports) et George Pau-Langevin (Réussite éducative). La plupart des patrimoines oscillent autour du demi-million d'euros, les ministres les plus jeunes étant en général bien moins favorisés que leur aînés.

6,07 millions d'euros de patrimoine pour Fabius

C’est le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, héritier d'une famille d'antiquaires, qui dispose du plus gros patrimoine du gouvernement. Il a déclaré un patrimoine total net (hors passif) de 6,07 millions d'euros. Ce patrimoine est composé notamment d'un appartement à Paris (2,7 millions d'euros), de deux maisons de campagne et de nombreuses valeurs mobilières. A ceci s'ajoutent de l'assurance vie (516 349 euros), deux comptes courants de 5 800 euros et un troisième compte débiteur de 30 716 euros. Le ministre déclare sans précision 630 000 euros de biens mobiliers, mais aucune voiture, sans compter 222 351 euros de Capital Préfon retraite, la caisse de retraite complémentaire des fonctionnaires.
Seule Michèle Delaunay, la ministre aux Personnes âgées, se rapproche de Laurent Fabius, puisqu'avant même la diffusion sur internet elle a déclaré pour son couple marié en communauté de biens un patrimoine de 5,4 millions d'euros.

1,55 millions d'euros pour le Premier ministre

Quant au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, il a déclaré un patrimoine net (passif déduit) de 1,55 million d'euros. Ce patrimoine est composé notamment d'une résidence principale à Nantes (650 000 euros), d'une résidence secondaire à Sarzeau, dans le Morbihan (540 000 euros), et de contrats d'assurances-vie à son nom et celui de sa femme.
Quant à Michel Sapin, ministre du Travail, il a déclaré plusieurs maisons et appartements à Paris, sur l'Ile d'Yeu ou encore à Argenton-sur-Creuse, son fief familial. La garde des Sceaux, Christiane Taubira, dispose de plusieurs biens immobiliers en Guyane et de trois vélos. Son collègue de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a pour sa part deux maisons, ainsi qu'une moto BMW évaluée à 300 euros. Manuel Valls (Intérieur) ne dispose que de 108,71 euros sur son compte courant à la BNP.

Petit patrimoine pour la benjamine du gouvernement

Loin derrière Laurent Fabius et Michèle Delaunay, on retrouve la porte-parole et benjamine du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, invitée ce mardi de Jean-Jacques Bourdin, à 8h35 sur RMC et BFMTV. La ministre des Droits des femmes n’est pas propriétaire de son appartement, ne dispose pas de valeurs mobilières et son patrimoine n’atteint que 85 000 euros. Pas de voiture non plus, mais un scooter de 50 cm3 d’une valeur de 500 euros aujourd'hui.

10 ministres bons élèves

Une dizaine de ministres avaient pris les devants en dévoilant ces derniers jours leur patrimoine comme Arnaud Montebourg (Redressement productif), Marie-Arlette Carlotti (Exclusion), Cécile Duflot (Logement), Michèle Delaunay (Personnes âgées) ou Marisol Touraine (Santé).
Annoncée pour tenter d'éteindre l'incendie allumé par l'affaire Jérôme Cahuzac, cette publication est loin de faire l'unanimité au sein de la majorité, certains, comme le président PS de l'Assemblée, Claude Bartolone, y décelant une forme de « voyeurisme ».

Extension aux parlementaires et collaborateurs|||

Rassemblées en fin de semaine dernière par le secrétariat général du gouvernement, ces déclarations ont été numérisées par le Service d'information du gouvernement (SIG). Un projet de loi, présenté en Conseil des ministres, devrait prévoir que cette obligation soit étendue aux parlementaires, présidents de collectivités territoriales, membres des cabinets ministériels et directeurs d'administration centrale.

Philippe Gril avec AFP