BFMTV

Pas-de-Calais: des CRS portent plainte contre un élu FN pour outrages

Policiers près du Parc des princes à Paris en novembre dernier. (image d'illustration)

Policiers près du Parc des princes à Paris en novembre dernier. (image d'illustration) - FRANCK FIFE - AFP

Contrôlé pour excès de vitesse, un élu Front national de Liévin a pris à partie un fonctionnaire de police d'origine maghrébine. Les CRS ont déposé plainte pour outrage et insultes à caractère racial.

Un élu d’opposition Front national à Liévin (Pas-de-Calais), a été entendu par la police après un contrôle routier agité, a appris BFMTV, confirmant des informations publiées par La Voix du Nord mercredi. 

Les faits remontent au 15 août. Vers 17h30, des CRS procèdent à des contrôles de vitesse sur l'A21. Au niveau de Loison-sous-Lens, un véhicule passe trop vite, ils l'arrêtent. Au volant, un élu FN, Roger Fruchart, de très mauvaise humeur. Selon une source judiciaire citée par le quotidien régional, celui-ci aurait alors "fait un scandale".

Un CRS d'origine maghrébine pris à partie

Le conseiller municipal refuse de se soumettre au test d'alcoolémie malgré son ivresse manifeste, et finit par lancer aux policiers, en désignant l'un d'eux d'origine maghrébine: "Vous feriez mieux d'arrêter des arabes et des bougnoules, comme lui!"

L'élu a du coup été interpellé pour conduite en état d'ivresse, refus de se soumettre aux vérifications d'usage, et outrage à agent. La garde à vue étant incompatible avec ses problèmes cardiaques, il a été convoqué le lendemain pour être entendu. 

Plaintes pour outrages et insultes à caractère racial

De source judiciaire, il a reconnu partiellement les faits, mais a nié le taux d'alcoolémie excessif. Le parquet a décidé de le convoquer en janvier prochain devant le tribunal correctionnel. Le CRS d'origine maghrébine a porté plainte contre lui pour outrage et propos à caractère raciste. 

Selon l’article 433-5 du Code pénal, l'outrage contre une personne dépositaire de l'autorité publique est puni de six mois d'emprisonnement et de 7.500 euros d'amende. Il risque le double si le caractère racial des insultes est retenu.

V.R. avec Alexandra Gonzalez