BFMTV

Pour le PS, Guéant est un "petit maître en embrouilles"

L'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant, lors de la passation de pouvoir du ministère de l'Intérieur, le 17 mai.

L'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant, lors de la passation de pouvoir du ministère de l'Intérieur, le 17 mai. - -

Le Parti socialiste ne croit pas aux explications de l'ancien ministre de l'Intérieur sur l'origine des 500.000 euros qui lui ont été versés, et demande à ce que "la justice fasse toute la lumière sur cette affaire".

Les explications de Claude Guéant ont du mal à convaincre. Après Roselyne Bachelot, c'est au tour du PS d'afficher son scepticisme sur la défense de l'ancien ministre de l'Intérieur, après la révélation par Le Canard enchaîné d'un versement sur un de ses comptes de 500.000 euros et des paiements en liquide qui pourraient s'avérer frauduleux.

Mardi, Claude Guéant n'a cessé de nier avec véhémence un quelconque lien entre ces sommes et un possible financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, comme le laissait entendre l'hebdomadaire. Pour lui, les 500.000 euros proviennent de la vente de deux tableaux d'un peintre hollandais du XVIIe siècle, Andries van Eertvelt.

Dans un communiqué publié mardi, le PS a réagi en indiquant qu'il croyait plus à une histoire de "faussaire" et de "petit maître en embrouilles" que de "tableaux", précisant que "la dernière cote" de ce peintre était "au tiers du prix" que Claude Guéant "prétend en avoir tiré".

Les socialistes en appellent à la justice

Quant aux sommes en liquide, dont Claude Guéant avait indiqué qu'elles provenaient de "primes de cabinet" au temps où il était ministre? Les socialistes rappellent "que cette pratique est devenue illégale en 2001", "interdites par Lionel Jospin". Or Claude Guéant n'a été ministre qu'en... 2011. Plus tôt dans la journée, l'ancienne ministre UMP Roselyne Bachelot estimait sur ce point que Claude Guéant était "soit un voleur, soit un menteur".

Dans un second communiqué, le PS a donc demandé à ce que "la justice puisse (...) faire toute la lumière sur cette affaire". Il s'est également s'interrogé sur le rôle de Nicolas Sarkozy et sur la déclaration ou non au fisc du demi-million versé à Claude Guéant.


A LIRE AUSSI:

>> Le blanchiment d'argent? Guéant "ne sait pas comment on fait"

>> Bachelot sur Guéant: "soit c'est un voleur, soit c'est un menteur"