BFMTV

Martine Aubry, le "fantôme" du Parti socialiste

Martine Aubry en meeting de préparation des élections régionales.

Martine Aubry en meeting de préparation des élections régionales. - Philippe Huguen / AFP

EDITO – Pour notre spécialiste Apolline de Malherbe, Martine Aubry est devenue un "fantôme mythique". Elle perd son intégrité au sein du Parti socialiste.

L’héritage de François Hollande, "premier secrétaire de synthèse" est finalement bien prolongé. L'unité du PS est préservée. Cependant c'est un parti qui n'ose jamais affronter ses divisions, et cela continue à le miner. 

En effet, Martine Aubry a décidé de ne pas déposer sa propre motion pour le congrès du PS qui va se dérouler à Poitiers au mois de juin. Elle va soutenir la motion principale et "consensuelle" de Jean-Christophe Cambadélis. Martine Aubry est réaliste et sait qu'elle n'aura pas la majorité au sein du Parti socialiste. D'ailleurs personne ne l'aura. 

L'image de Martine Aubry est assez contradictoire 

Martine Aubry ne veut pas être confondue avec les frondeurs. Elle est "boudeuse". La gauche alternative se retrouve d'un coup totalement émiettée. Elle a refusé plusieurs hauts postes: celui de premier ministre, de ministre et de candidate à la présidence de la grande région Nord-Picardie. Pour autant, elle n'a pas renoncé à "peser" en politique. 

Elle s'est entretenue avec François Hollande et Manuels Valls. Elle ne leur a pas demandé un changement radical, mais un "infléchissement et un rééquilibrage" de la ligne politique du gouvernement. Les revendications économiques de Martine Aubry, notamment à propos de l'investissement, ont été entendues et appliquées par le gouvernement. 

Selon les proches de cette dernière, le remaniement ne fait pas partie du deal: c'est une suite logique de la discussion. Pourtant, elle sera représentée au gouvernement par Jean-Marc Germain et François Lamy d'ici l'été. 

Le mythe de Martine Aubry prend du plomb dans l’aile 

Tous les socialistes interrogés sur Martine Aubry disent qu'ils ne savent pas ce qu'elle veut vraiment. Peut-être qu'elle-même ne le sait pas. Ils finissent toujours par en rire: à force de ne pas la comprendre, on se dit qu'il n'y a rien à comprendre chez elle au final. 

En gros Martine Aubry est devenue un "fantôme" qui fascine et qui fait peur, mais personne n'y croit vraiment.