BFMTV

Le porte-parole du PS accuse le Front de gauche d'être "l'allié objectif de la droite"

Olivier Faure le 28 avril 2014 au siège du PS, à Paris.

Olivier Faure le 28 avril 2014 au siège du PS, à Paris. - Pierre Andrieu - AFP

Olivier Faure, porte-parole du PS, a accusé lundi le Front de gauche d'être devenu "l'allié objectif de la droite", justifiant la volonté du premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis d'appeler "le peuple de gauche" à se prononcer directement sur l'unité aux élections régionales.

Pour Olivier Faure, interrogé par Sud Radio, la défaite du PS face au parti Les Républicains dimanche dans l'élection municipale de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) est "un très bon exemple. Michel Pajon perd de 33 voix. Mais la gauche était-elle majoritaire ou minoritaire ? Elle est majoritaire à plus de 53%. Pourquoi elle perd ? Tout simplement parce qu'il y a eu une triangulaire avec une candidate du Front de gauche (7,4%, NDLR) qui a choisi de se maintenir au second tour alors qu'elle n'avait aucune capacité à l'emporter".

"Son maintien a eu un seul effet: faire perdre la gauche. Il y a aujourd'hui une gauche qui se prétend radicale mais qui devient dans les urnes l'allié objectif de la droite à chaque fois qu'elle refuse l'alliance", a poursuivi le député de Seine-et-Marne.

Face au risque d'une déroute aux élections régionales, le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis appelle le "peuple de gauche" à se prononcer par "référendum" mi-octobre pour imposer une unité, suscitant des réactions très négatives au sein d'EELV et du Front de gauche.

"C'est précisément parce que ces appareils de la gauche qui se dit radicale refusent tout compromis" que "nous avons choisi de nous adresser directement aux électeurs qui se reconnaissent dans la gauche", a-t-il expliqué .

la rédaction avec AFP