BFMTV

Le FN victorieux aux Régionales: "Un message catastrophique envoyé au monde", juge Hidalgo

Anne Hidalgo est revenue mercredi soir sur les propos de Manuel Valls qui a scandé qu'il était "hors de question" de laisser le FN remporter une région. La maire de Paris juge que la situation aujourd'hui est "dramatique".

Le Front national au pouvoir serait un désastre pour la France et son image. C'est en substance le message envoyé mercredi soir par Anne Hidalgo invitée de BFMTV. La maire de Paris, qui défend activement la candidature de la capitale aux Jeux Olympiques de 2024, a estimé que la victoire du FN dans une des régions du pays lors des prochaines élections correspondrait à envoyer "un message de fermeture" au monde entier.

Pays des Droits de l'Homme

Au lendemain des déclarations du Premier ministre, Manuel Valls, qui assure qu'il est "hors de question" de laisser une région au parti de Marine Le Pen, Anne Hidalgo, assure qu'"aujourd’hui on est dans une situation dramatique". 

"Vous imaginez ce que ça signifie d’avoir le FN aux portes du pouvoir dans les régions, et peut-être au-delà, dans le pays de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme", insiste la maire de Paris.

Pour la première élue de la capitale, la France a d'"extraordinaires atouts", ce serait "une mauvaise image pour la France dans le monde", "un message de fermeture d’un pays qui serait en train de se refermer sur lui-même" de voir le Front national arriver à des hautes fonctions. Un signal extrêmement grave pour celle qui défend ardemment la candidature de Paris, qui a reçu le soutien de Tokyo, pour l'organisation des Jeux Olympiques en 2024. 

Bartolone, le candidat progressiste

"Vous imaginez le signal qu’enverrait la France en mettant le FN aux portes du pouvoir alors que l’exercice des Jeux Olympiques, qui s’inscrivent dans les valeurs universelles et qui sont en résonnance avec celles de notre République, lance Anne Hidalgo. Vous croyez vraiment que ce message serait un message d’hospitalité."

La maire de Paris est également revenue mercredi soir sur son soutien au candidat socialiste en Ile-de-France, Claude Bartolone, qui, pour elle, est celui du progressisme. "J'ai besoin d'une équipe progressiste", a répété à plusieurs reprises Anne Hidalgo. 

J.C.