BFMTV

Didier Guillaume, président du groupe socialiste au Sénat, quitte la politique

Didier Guillaume, le 15 novembre 2016.

Didier Guillaume, le 15 novembre 2016. - Lionel Bonaventure - AFP

L'élu va démissionner de son poste de sénateur dans les semaines qui viennent.

La recomposition politique à l'oeuvre depuis plusieurs mois s'accompagne de son lot de départs. Un phénomène observé dans tous les partis, depuis la campagne présidentielle: au FN avec Marion Maréchal-Le Pen, chez Les Républicains avec Nathalie Kosciusko-Morizet, au PS avec Najat Vallaud-Belkacem et, depuis ce mardi, Didier Guillaume, ancien hollandais devenu "Macron compatible". Sur sa page Facebook, le sénateur socialiste de la Drôme, également président du groupe socialiste au Sénat, annonce sa volonté de quitter la vie politique, une décision "mûrement réfléchie".

"J’ai toujours pensé, et dit, qu’il existait une vie avant et après la politique", écrit-il, précisant qu'il démissionnera de son siège de sénateur dans les semaines qui viennent.

Le Dauphiné libéré indique que l'élu souhaite se reconvertir et qu'il pourrait prendre la présidence du groupement d'intérêt public qui doit organiser la Coupe du monde de rugby 2023, et qu'il a d'ores et déjà quitté son poste de président du groupe socialiste. 

"Même si j’ai aimé passionnément chaque mandat, je ne me suis jamais accroché trop longtemps à des fonctions: j’ai été neuf ans Maire de Bourg-de-Péage, puis onze ans Président du Département de la Drôme et neuf ans Sénateur", écrit Didier Guillaume. "Je n’ai jamais oublié que les mandats politiques avaient un début et une fin, qu’ils n’appartenaient qu’aux électeurs et que les élus n’en étaient que des détenteurs provisoires", ajoute-t-il.
Charlie Vandekerkhove