BFMTV

Benoît Hamon a attiré des électeurs non socialistes

Benoît Hamon le 29 janvier 2017.

Benoît Hamon le 29 janvier 2017. - Christophe Archambault - AFP

L'analyse du corps électoral qui a permis la victoire de Benoît Hamon, dimanche, lors du second tour de la primaire de la gauche, démontre que le député a réussi à attirer des électeurs non socialistes.

Sa large victoire sur son rival Manuel Valls en atteste: dimanche, pour le second tour de la primaire, Benoît Hamon a réussi à rassembler à gauche. Le député des Yvelines a réuni 58,71% des suffrages contre 41,29% pour l'ancien Premier ministre, selon des résultats encore provisoires ce lundi matin. Comment expliquer cette avance? 

Des électeurs motivés par les valeurs de gauche 

Selon un sondage Elabe pour BFMTV réalisé dimanche soir après le second tour, 56% des votants de la primaire ont dit clairement que le choix de porter les valeurs de gauche était décisif. Un élément qui renseigne sur la composition du corps électoral ayant fait le choix de Benoît Hamon, dimanche.

Comme l'explique Bernard Sananes, président de l'institut Elabe, l'ancien ministre de l'Education nationale l'a emporté parce qu'il a réussi à faire venir à lui des électeurs non socialistes.

Car sur le seul vote des électeurs socialistes, les deux candidats font presque match nul. L'écart a été creusé par le vote des électeurs plutôt proches du Front de gauche et d'Europe Ecologie-Les Verts, qui ont choisi Benoît Hamon, et lui ont permis d'arriver nettement en tête. 

Une dynamique construite sur le programme

Ainsi, dans le détail, selon ce sondage, 69% des électeurs disent avoir voté pour le programme du candidat, et 31% pour sa personnalité. Et lorsque l'on analyse précisément les motivations du vote pour Benoît Hamon, 24% de ses électeurs disent l'avoir choisi parce qu'il fera, selon eux, le meilleur président de la République, quand 76% estiment qu'il portera le mieux les valeurs de la gauche.

La dynamique de Benoît Hamon s'est donc construite dans les débats télévisés, mais avant tout sur le programme, et sur sa promesse électorale, à savoir "transformer plutôt que réformer". Ses propositions concrètes, telles que le revenu universel, ont permis à Benoît Hamon de remporter le vote des actifs (18-50 ans), alors que Manuel Valls le devance uniquement chez les retraités. 

-
- © BFMTV
A.S.