BFMTV

"Parler du cancer, ça fait du bien aux malades": sur BFMTV, Bernard Tapie se confie sur sa maladie

Bernard Tapie, ex-homme d'affaires et homme politique, s'est confié sur BFMTV ce lundi soir sur son état de santé, alors qu'il est atteint d'un cancer métastasé depuis 2017.

L'ancien homme d'affaires et homme politique Bernard Tapie, atteint d'un cancer depuis 2017, est l'invité de Bruce Toussaint ce lundi soir sur BFMTV à l’occasion de la diffusion de notre long-format "Bernard Tapie, les matchs de sa vie". Sur notre plateau, Bernard Tapie révèle avoir arrêté tout traitement médical depuis le mois de juillet dernier et être "le cobaye d'un nouveau traitement" de lutte contre le cancer.

"Les médecins font toujours la comparaison entre ce qu'(un traitement) rapporte et ce que ça coûte (au patient) c'est-à-dire quelle est la souffrance que ça lui amène", explique l'homme d'affaires. "Et là ils n'étaient pas convaincus que ça m'apporte plus de bien que de mal. Donc ils me l'ont supprimé et se sont mis à la recherche de produits susceptibles de m'aller mieux. 

Un cancer métastasé

"Ça m'a valu des métastases au poumon droit, au poumon gauche, dans le cou etc. Évidemment puisque ça galope. Mais ils m'ont dit 'ne soyez pas défaitiste' car ça va très vite", poursuit-il, saluant par la même occasion le travail des médecins de l'hôpital public. "Là ils ont trouvé un traitement il y a à peu près un mois et donc je suis en cours d'expérimentation, je suis un cobaye" pour les médecins. "J'expérimente. Il y a trois stades, là je suis dans le deuxième et lorsque le troisième réunira des résultats suffisants, le produit devient sur le marché". "C'est un choix difficile mais c'est ça ou quoi d'autre? On essaie de choisir la moins mauvaise (solution), et je la prends avec beaucoup d'espoir", ajoute Bernard Tapie, aujourd'hui âgé de 77 ans.

"Parler du cancer, ça fait du bien aux malades"

Par ailleurs, Bernard Tapie appelle "les médecins à parler urgemment" aux malades du cancer. "Parler du cancer, ça fait du bien aux malades", ajoute l'homme atteint d'un cancer de la peau, l'oesophage, l'estomac, la corde vocale, des poumons.

"Ce n'est pas simplement pour avoir l'information sur la maladie, c'est simplement parce qu'on va puiser sur ce qu'il va dire, dans son humanisme et pas sur ce qu'il va chercher sur Internet. Parce que la première chose qu'un malade fait, s'il a le sentiment de ne pas avoir tout compris, c'est ça. Et là c'est l'horreur! Il ne faut jamais regarder ça, premièrement parce que les statistiques données ont cinq ans. Donc, de grâce, demandez à votre médecin!".

Enfin, Bernard Tapie s'est réjoui qu'un professeur lui ait dit un jour: "Monsieur Tapie, vous rendez possible de parler du cancer". "C'est une des choses qui m'a fait le plus plaisir!", lance-t-il face à Bruce Toussaint. "Parce que c'est vrai qu'il faut qu'on en parle. Quatre millions de personnes l'ont, et quand vous prenez en compte les personnes de la famille concernée, ça fait quand même beaucoup beaucoup de personnes".

Jeanne Bulant