BFMTV

Le ministère de l'Intérieur demande une vigilance renforcée autour des permanences de députés

La permanence du député LaREM Romain Grau, prise pour cible samedi à Perpignan par des gilets jaunes

La permanence du député LaREM Romain Grau, prise pour cible samedi à Perpignan par des gilets jaunes - Raymond Roig - AFP

Christophe Castaner a demandé aux services de police et de gendarmerie des "patrouilles mobiles" pour surveiller les permanences et domiciles des députés ce week-end.

Christophe Castaner a fait transmettre samedi des consignes de vigilance renforcée aux préfets après plusieurs dégradations de permanences de députés de la majorité, selon une information de LCI confirmée par BFMTV. 

Des "consignes de vigilance" ont été transmises par la direction centrale de la sécurité publique aux services de gendarmerie et de police afin de garder un oeil attentif ce week-end sur les domiciles et permanences des députés. 

Patrouilles mobiles

Sont notamment demandées des "patrouilles mobiles" pour protéger les permanences, quel que soit le parti politique. Ces derniers jours, ce sont en particulier les députés La République en marche ayant voté en faveur de la ratification du CETA dont les locaux sont visés. 

Une dizaine de permanences prises pour cibles

Une dizaine de permanences ont été prises pour cibles, dont celles de Rémy Rebeyrotte en Saône-et-Loire, dès le lendemain du scrutin avec du fumier, de Jean-Baptiste Moreau à Guéret dans la Creuse, ou encore Barbara Bessot-Ballot à Vesoul en Haute-Saône. La dernière permanence à avoir été dégradée est celle de la députée Carole Bureau-Bonnard, à Noyon, dans l'Oise. 

L'attaque la plus spectaculaire s'est déroulée en marge d'une manifestation de gilets jaunes, samedi dernier à Perpignan. Des individus ont cassé la vitrine du local et l'un d'eux a allumé un feu sous les yeux de l'élu, le député LaREM Romain Grau. 

Liv Audigane avec Rym Bey et AFP