BFMTV

L'endettement qui "croisse"? la grosse faute de français de Michel Sapin

Michel Sapin à l'Assemblée s'emmêle dans la bonne orthographe du verbe "croître", le 29 avril 2014.

Michel Sapin à l'Assemblée s'emmêle dans la bonne orthographe du verbe "croître", le 29 avril 2014. - -

L'ARÈNE PARLEMENTAIRE – La colère d'Arnaud Montebourg contre Alstom, la faute de français de Michel Sapin et le même ministre qui s'emmêle les pinceaux... Voici ce qu'il fallait retenir ce mardi des questions au gouvernement.

L'Assemblée nationale, à défaut d'être le théâtre des rêves, est souvent celui des petites phrases bien senties et des répliques vengeresses. Lors de chaque séance de questions au gouvernement, BFMTV.com sélectionne le meilleur de nos députés. Voici ce qu'il fallait retenir ce mardi:

> La grosse faute de français de Michel Sapin

Les verbes du troisième groupe, cette plaie qui nous suit jusque sur les bancs de l'Assemblée nationale. Alors qu'il répondait, la voix cassée, à la première question des questions au gouvernement, le ministre des Finances, Michel Sapin, a fait une faute de français remarquée: "L'endettement de la France n'a pas cessé de croisser", a-t-il lâché, inventant ainsi un néologisme à la place du verbe "croître".

Un néologisme remarqué immédiatement par des brouhahas dans les rangs de l'Assemblée nationale. La députée UMP Catherine Vautrin s'est précipitée sur son téléphone pour moquer l'erreur du ministre des Finances. "Michel Sapin ministre des finances confond le verbe croître et le verbe croisser ... Pourtant la croissance c'est juste son objectif!"

Michel Sapin ministre des finances confond le verbe croître et le verbe croisser ... Pourtant la croissance c'est juste son objectif!
— Catherine Vautrin (@CaVautrin) 29 Avril 2014

> Quand Michel Sapin s'emmêle les pinceaux

"La France a besoin d'être forte dans l'Europe mais l'Europe pour être forte a besoin d'une Europe forte." Quelques minutes après avoir inventé le mot "croisser", le ministre des Finances s'est s'emmêlé les pinceaux.

> La colère de Montebourg contre Alstom

A un député UMP qui l'interrogeait sur Alstom, Arnaud Montebourg a répondu que le président d'Alstom lui avait assuré qu'il n'avait "aucun projet d'alliance". "Est-ce que le ministre de l'Economie doit installer un détecteur de mensonge dans son bureau?", s'est emporté le ministre au sujet de Patrick Kron.

Il a ensuite précisé que le groupe allemand Siemens a formulé une offre pour la reprise d'une partie des activités du groupe industriel Alstom, elle "est en train d'être déposée".

"Quand Arnaud Montebourg insulte Patrick Kron. C'est un dérapage inadmissible", a commenté l'UMP Dominique Bussereau sur Twitter.

#alstom #DirectAN Quand A Montebourg insulte P Kron C'est un dérapage inadmissible
— Dominique Bussereau (@Dbussereau) 29 Avril 2014
Karine Lambin