BFMTV

Collard dépose lui-même une proposition de loi pour interdire les poursuites à son encontre

Gilbert Collard à l'Assemblée nationale, en février 2016.

Gilbert Collard à l'Assemblée nationale, en février 2016. - Jacques Demarthon - AFP

Le député du Gard a déposé en son nom devant l'Assemblée nationale une proposition de résolution demandant la suspension de poursuites engagées contre lui-même.

On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même. Une proposition de résolution déposée devant l'Assemblée nationale le 20 février dernier par le député du Gard Gilbert Collard demande la suspension de poursuites engagées contre... Gilbert Collard. 

Le texte de proposition, consultable sur le site de l'Assemblée et repéré par le journal Contexte, explique que des poursuites ont été engagées par le parquet de Nanterre à l'encontre du secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine, pour "diffusion d'images à caractère violent de nature à porter atteinte à la dignité humaine", en référence à une photo postée le 16 décembre 2015 par Gilbert Collard sur son compte Twitter, d'un homme, "visiblement décédé, allongé et bras liés sous le dos, avec le visage ensanglanté".

Une image que l'intéressé avait accompagnée d'un commentaire: "Bourdin compare le FN à Daesh: le poids des mots et le choc des bobos!", puis d'un autre: "Derrière les mots, il y a les images: on ne fait que montrer l'ignominie des comparaisons haineuses qui nous assimilent à des tueurs!". 

Demande de levée de l'immunité parlementaire

Selon cette proposition de résolution, un courrier du ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas demande à l'Assemblée nationale, sur requête du parquet de Nanterre, de lever l'immunité parlementaire de Gilbert Collard. Une demande qui a été refusée la semaine dernière par le bureau de l'Assemblée.

Après avoir fait valoir que cette photographie n'avait "fait l'objet d'aucune censure de la part des autorités françaises", qu'"aucune association de protection de protection des droits de l'Homme ni particulier" n'avait déposé plainte contre lui, et que par conséquent ses deux tweets n'avaient provoqué "aucune manifestation ni aucun trouble à l'ordre public", Gilbert Collard s'étonne de la suite donnée à cette affaire, plus d'un an après, rappelant qu'une enquête préliminaire avait déjà été ouverte au moment des faits.

"Demande déloyale"

Dénonçant une "démarche anachronique, artificielle et abusive" pour des "tweets tombés dans l'oubli", le député demande à l'Assemblée nationale de rejeter la demande de levée d'immunité parlementaire. Avant de dénoncer le "caractère suspect" de ce qu'il considère être une "orientation géographique des poursuites", ainsi qu'une demande "déloyale" et "pas sérieuse".

"La proximité d’élections présidentielles et législatives, Gilbert Collard étant candidat à sa propre succession, démontre le caractère déloyal de la demande de levée de son immunité parlementaire dans le dessein bien compris de le discréditer auprès des électeurs de sa circonscription", conclut le texte.

A.S.