BFMTV

Assemblée: Valls s'en prend à Goasguen, le groupe UMP s'en va

Le groupe UMP a quitté les bancs de l'Assemblée, protestant contre les propos de Manuel Valls.

Le groupe UMP a quitté les bancs de l'Assemblée, protestant contre les propos de Manuel Valls. - -

L'ARENE POLITIQUE - Le ministre de l'Intérieur a accusé le député UMP de "venir de l'extrême droite". Vexé, ce dernier a quitté l'hémicycle, suivi par la majorité du groupe UMP. Les députés de l'opposition boycotteront les questions au gouvernement mercredi.

L'Assemblée nationale, à défaut d'être le théâtre des rêves, est souvent celui des petites phrases bien senties et des répliques vengeresses. Lors de chaque séance de questions au gouvernement, BFMTV.com sélectionne le meilleur de nos députés. Voici ce qu'il fallait retenir ce mardi:

> La polémique du jour

La séance des questions au gouvernement a donné lieu, ce mardi, à une scène assez rare. Une grande partie des députés UMP a en effet quitté l’hémicycle, protestant contre une attaque de Manuel Valls visant l’un des leurs.

Répondant (pour la deuxième fois de l’après-midi) à une question sur les incidents survenus à Nantes, lors d'une manifestation contre le projet d'aéroport à Notre-Dame des Landes samedi, le ministre de l’Intérieur a assuré que le gouvernement ne serait "complaisant avec personne", "l’ultra gauche", tout comme "l’ultra droite".

En conclusion, Manuel Valls s'adresse alors à Claude Goasguen (UMP), qui manifestait sa désapprobation : "Claude Goasguen, vous en venez, vous, de l’extrême droite", a-t-il lancé avant que sa voix ne soit couverte par le brouhaha.

Christian Jacob, le président du groupe UMP, intime alors l’ordre de quitter l’Assemblée, suivi par une grande partie de ses troupes.

Une attitude moquée par le socialiste Pascal Terrasse, sur son compte Twitter:

Au revoir ! ils quittent le parlement sauf des courageux qui restent ... #QAG pic.twitter.com/nDR8gXWhy7
— Pascal Terrasse (@pterrasse) 25 Février 2014

> Le contexte

Manuel Valls a dû faire face aux attaques de l'opposition, après la manifestation à Nantes, samedi, qui a dégénéré. Près d'un millier de casseurs avaient défié les forces de l'ordre, provoquant des dégâts matériels et humains considérables.

Les députés UMP ont interpellé le ministre de l'Intérieur sur la possible dissolution de ces groupuscules semblant appartenir à l'ultra gauche. Interrogé une première fois, Manuel Valls, a indiqué que le gouvernement étudiait toutes les options. La seconde fois, le ministre s'en est pris à la droite: "Contrairement à vous, nous ne sommes complaisants avec personne, vous, vous avez été complaisants avec ceux qui s'en prenaient aux valeurs de la République" lors des manifestations contre le mariage homosexuel. S'en est suivi la fameuse tirade contre Claude Goasguen.

> La réplique

Claude Goasguen, lui, se défend de toute appartenance à l'extrême droite lorqu'il était étudiant. "Je n’étais pas membre d’Occident je n’ai jamais appartenu à un mouvement d’extrême droite", a-t-il assuré au micro de LCP.

Cependant, le livre "Génération Occident", qui traite de ce mouvement étudiant connu pour ses opérations "coup de poing", fait bien état d'une appartenance de Claude Goasguen, au même titre que Gérard Longuet ou Patrick Devedjian.

"Génération Occident", Seuil, p.94: "Dans le secteur étudiant, les hommes qui comptent à #Occident sont Claude Goasgen, très influent..."
— Apolline De Malherbe (@apollineWakeUp) 25 Février 2014

> Les conséquences: le groupe UMP absent mercredi

La fronde des députés de l'opposition ne s'est pas arrêtée là. Dans un communiqué, les députés UMP ont annoncé qu'ils boycotteraient la séance des questions au gouvernement mercredi, "faute d'excuses formelles" du gouvernement après "les propos ignobles" de Manuel Valls.

Yann Duvert