BFMTV

Nouvelle annulation de l'élection de Corbeil, ville de Dassault

Le Conseil d'Etat a confirmé définitivement mercredi l'annulation de l'élection du maire de Corbeil-Essonnes (Essonne), Jean-Pierre Bechter (UMP), proche de l'ex-maire Serge Dassault (photo). De nouvelles élections devront donc être organisées, les troisi

Le Conseil d'Etat a confirmé définitivement mercredi l'annulation de l'élection du maire de Corbeil-Essonnes (Essonne), Jean-Pierre Bechter (UMP), proche de l'ex-maire Serge Dassault (photo). De nouvelles élections devront donc être organisées, les troisi - -

PARIS (Reuters) - Le Conseil d'Etat a confirmé définitivement mercredi l'annulation de l'élection du maire de Corbeil-Essonnes (Essonne),...

PARIS (Reuters) - Le Conseil d'Etat a confirmé définitivement mercredi l'annulation de l'élection du maire de Corbeil-Essonnes (Essonne), Jean-Pierre Bechter (UMP), proche de l'ex-maire, l'avionneur Serge Dassault. L'UMP ne l'avait emporté que par 27 voix d'écart lors du second tour de l'élection partielle de septembre-octobre 2009 face au communiste Michel Nouaille. Le Parti socialiste, le Parti communiste et les Verts avaient déposé un recours.

Confirmant un jugement de première instance, le Conseil d'Etat retient le fait que le nom de Serge Dassault, maire de 1995 à 2008 mais frappé d'inéligibilité, avait été porté sur les bulletins de Jean-Pierre Bechter, où figurait le titre "secrétaire général de la fondation Serge Dassault". La plus haute juridiction administrative française estime que ceci était "susceptible de créer une confusion dans l'esprit des électeurs".

De nouvelles élections devront donc être organisées. Ce seront les troisièmes depuis mars 2008. Ce scrutin avait été annulé une première fois au motif que Serge Dassault était soupçonné de remettre de l'argent liquide à des électeurs.

Ce dernier a purgé la période d'inéligibilité d'un an à laquelle il a été condamné et pourra donc être de nouveau candidat. Agé de 85 ans, il est PDG du groupe d'armement qui porte son nom et propriétaire du journal Le Figaro.

Il est candidat à un rachat du journal Le Parisien, ce qui suscite des protestations de l'opposition de gauche, à moins de deux ans de l'élection présidentielle.

Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse