BFMTV
Politique

Nicolas Sarkozy sur TF1 sur fond de polémiques

Nicolas Sarkozy s'efforcera ce jeudi sur TF1 de reconquérir l'opinion en tentant de répondre aux préoccupations des Français, mais risque de voir son message brouillé par les nuages qui s'accumulent sur son gouvernement. /Photo d'archives/REUTERS/Thibault

Nicolas Sarkozy s'efforcera ce jeudi sur TF1 de reconquérir l'opinion en tentant de répondre aux préoccupations des Français, mais risque de voir son message brouillé par les nuages qui s'accumulent sur son gouvernement. /Photo d'archives/REUTERS/Thibault - -

par Yann Le Guernigou et Emmanuel Jarry PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy s'efforcera jeudi sur TF1 de reconquérir l'opinion en tentant de répondre...

par Yann Le Guernigou et Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy s'efforcera jeudi sur TF1 de reconquérir l'opinion en tentant de répondre aux préoccupations des Français, mais risque de voir son message brouillé par les nuages qui s'accumulent sur son gouvernement.

Le chef de l'Etat comptait sur la deuxième édition de l'émission "Paroles de Français" pour parachever l'exercice de pédagogie de son action entamé depuis le début de l'année avec son marathon des voeux et lors de ses déplacements en province.

"Cette émission doit permettre de faire de la pédagogie sur les réformes mises en oeuvre et sur ce qui reste à faire, de répondre aux préoccupations quotidiennes des Français", dit-on à l'Elysée.

TF1 a annoncé que les grands thèmes de l'émission seraient ainsi le pouvoir d'achat, l'emploi, la sécurité et l'éducation.

Mais le nouveau bras de fer entre le président et les magistrats ainsi que la polémique sur les vacances du Premier ministre et de la ministre des Affaires étrangères risquent de s'inviter dans les échanges du président avec les neuf Français du panel.

Le premier numéro de l'émission, fin janvier 2010, avait déjà été parasité par une controverse sur le cumul par Henri Proglio des présidences d'EDF et Veolia Environnement.

Nicolas Sarkozy avait alors promis un recul du chômage "dans les semaines et les mois qui viennent". Le nombre de demandeurs d'emploi a progressé de 3% en 2010.

Un chômeur figurera dans le panel sélectionné par TF1 à partir d'intervenants dans les journaux et magazines de la chaîne privée, toujours numéro un des audiences.

Les autres participants illustrent d'autres situations que le chef de l'Etat veut aborder pendant une heure et demie: une pharmacienne cambriolée plusieurs fois, un ouvrier, un étudiant, un agriculteur ou un proche d'une personne dépendante.

A l'inverse de ce qui s'est passé en 2010, aucun responsable syndical ne sera là pour lui porter la contradiction.

L'UMP INVITÉE A RÉAGIR PROMPTEMENT

Nicolas Sarkozy, qui a allégé son agenda de début de semaine pour mieux se préparer, ne craint pas d'être interpellé sur des sujets polémiques. "Le président de la République est là pour gérer des problèmes tous les jours. S'il le craignait, il ne serait pas là", ajoute-t-on à l'Elysée.

Pour François Miquet-Marty, président de l'institut d'opinion Viavoice, "en pleine actualité tunisienne et égyptienne, et alors que des sujets comme le G20 ne sont pas mobilisateurs, il est de bon ton de montrer une proximité avec les préoccupations des Français".

Mais il relève que l'émission de 2010 n'avait pas eu, malgré un succès d'audience, d'impact sur la cote de popularité déjà très basse de Nicolas Sarkozy. Celle-ci stagne aujourd'hui autour de 30% selon les sondages.

"Les gens interrogés en 2010 ne se sont pas reconnus dans le panel, retenant surtout le parcours individuel de chacun, ce qui rend difficile le principe d'identification", dit-il.

Tout autant que l'emploi et le pouvoir d'achat, les attentes des Français portent sur l'efficacité des politiques mises en oeuvre, "ce qui rend l'exercice difficile", poursuit l'analyste. "Les gens sont moins en attente de paroles que de résultats."

En attendant, le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a demandé aux militants du parti, notamment les plus jeunes, de se mobiliser pour abreuver de leurs réactions et commentaires les sites d'actualité sur internet.

L'enjeu est de "faire face aux campagnes de désinformation et de démagogie orchestrées par l'opposition et relayées sans scrupule par certains médias", a-t-il expliqué.

Édité par Yves Clarisse