BFMTV

Neuf mises en examen pour un projet d'évasion déjoué en France

Neuf des quatorze personnes arrêtées mardi dans l'enquête sur un projet d'évasion de l'islamiste algérien Ali Belkacem, emprisonné pour sa participation à la campagne d'attentats meurtriers de 1995, ont été mises en examen samedi. /Photo d'archives/REUTER

Neuf des quatorze personnes arrêtées mardi dans l'enquête sur un projet d'évasion de l'islamiste algérien Ali Belkacem, emprisonné pour sa participation à la campagne d'attentats meurtriers de 1995, ont été mises en examen samedi. /Photo d'archives/REUTER - -

PARIS - Neuf des quatorze personnes arrêtées mardi dans l'enquête sur un projet d'évasion de l'islamiste algérien Ali Belkacem, emprisonné pour sa...

PARIS (Reuters) - Neuf des quatorze personnes arrêtées mardi dans l'enquête sur un projet d'évasion de l'islamiste algérien Ali Belkacem, emprisonné pour sa participation à la campagne d'attentats meurtriers de 1995, ont été mises en examen samedi, a-t-on appris de source judiciaire.

Ali Belkacem, détenu à la centrale de Clairvaux (Aube), et Djamel Beghal ont été mis en examen pour direction d'un groupe terroriste et association de malfaiteurs.

Les sept autres islamistes présumés ont été mis en examen pour association de malfaiteurs.

Des neuf mis en examen, un seul a été remis en liberté.

Arrêté en 1995, Ali Belkacem a été condamné à perpétuité en octobre 2002 pour un attentat dans le RER parisien à la station Musée d'Orsay, qui avait fait 26 blessés le 17 octobre 1995.

Organisés par le Groupe islamique armé (GIA) algérien, les sept attentats ou tentatives, commis entre juillet et octobre 1995, visaient à punir le soutien de Paris au pouvoir algérien. Ils avaient fait huit morts et des dizaines de blessés.

Ont été aussi condamnés à perpétuité Boualem Bensaïd, présenté comme le chef des équipes envoyées par le GIA en France, et Rachid Ramda, qui a financé de Londres les attentats.

Dans ce dossier de tentative d'évasion présumée, la police a avancé l'hypothèse que les suspects arrêtés préparaient en outre la fuite de Djamel Beghal, un autre Algérien arrêté en juillet 2001 aux Emirats arabes unis et remis à la France.

Il a été condamné à dix ans de prison en appel en 2005 pour avoir fomenté un attentat suicide contre l'ambassade des Etats-Unis à Paris. Sorti de détention récemment après avoir purgé sa peine, il est assigné à résidence dans le Cantal.

Thierry Lévêque, avec Nicolas Bertin et Nicole Dupont