BFMTV

Nathalie Kosciusko-Morizet, invitée de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi à 8h35 sur RMC et BFMTV

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire UMP pour la mairie de Paris.

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire UMP pour la mairie de Paris. - -

Jean-Jacques Bourdin recevra Nathalie Kosciusko-Morizet ce jeudi à 8h35, sur RMC et BFMTV. A quelques jours du vote de la primaire UMP pour la mairie de Paris, l’ancienne ministre de l’Écologie divise son camp, ce qui ne l’a pas empêchée de réaffirmer lundi sa détermination.

Jean-Jacques Bourdin reçoit ce jeudi à 8h35 Nathalie Kosciusko-Morizet sur RMC et BFMTV.
A deux jours du premier tour, la question ne semble pas être de savoir si l’ancienne ministre de l’Ecologie sortira victorieuse de la primaire UMP, qui doit désigner son candidat pour la mairie de Paris. Anne Hidalgo, désignée officiellement candidate PS ce mercredi, considère NKM comme « la candidate officielle de l’UMP ».

" Pour trois euros, payez-vous NKM "

En marge de l’événement, ce sont les dissensions provoquées par la candidate au sein de son parti qui font l'actualité. Certains, comme Guillaume Peltier, lui reprochent son abstention lors du vote de la loi Taubira fin avril sur le mariage gay. Le chef de file de la Droite forte s'est fait rappeler à l'ordre par le bureau politique du parti pour avoir implicitement appelé à voter contre Nathalie Kosciusko-Morizet. Une attaque qui a vivement fait réagir l’intéressée, qui a accusé des groupes extrémistes de « noyauter la primaire », et son détracteur, de faire le jeu d’Anne Hidalgo. Proche du Front national, l'hebdomadaire Minute a rejoint ces positions mardi, en titrant sa Une : "Faites-vous plaisir : pour trois euros, payez-vous NKM".
A l’inverse, Bernadette Chirac ou encore Nicolas Sarkozy, dont elle est l’ancienne Porte-parole, l’ont assurée de leur soutien. Sur notre antenne mardi, Rachida Dati a déclaré qu’elle lui réserverait son vote. Toute cette agitation n’entame pas la détermination de NKM, qui s’est engagée lundi à accomplir « l’ensemble de [son] mandat » si elle était élue maire de Paris en 2014, ce qui exclut a priori sa candidature à l'élection présidentielle de 2017.

Claire Béziau, avec Jean-Jacques Bourdin