BFMTV

« Musulman d'apparence » : Sarkozy fait scandale

Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy - -

Nicolas Sarkozy, répondant aux propos de Marine Le Pen après son discours virulent ce week-end, a qualifié un des militaires tué par Mohamed Merah de « musulman d'apparence ». Une expression qui fait scandale.

Réagissez dès maintenant sur RMCTalk.fr en cliquant ICI.

Ce lundi matin sur France Info, Nicolas Sarkozy a refusé d’établir un lien entre les tueries de Toulouse et Montauban et l’immigration. Il répondait ainsi aux propos de Marine Le Pen ce week-end qui, elle, n’a pas hésité à faire l'amalgame entre l’affaire Merah et l’immigration : « Les amalgames n'ont aucun sens, a déclaré le chef de l'Etat. Je rappelle que deux de nos soldats étaient... comment dire... musulmans, en tout cas d'apparence, puisque l'un était catholique, mais d'apparence. Comme l'on dit : la diversité visible ».

« Il va s’arrêter quand ? »

Sur le site de microblogging Twitter, Cécile Duflot a vivement réagi en écrivant : « Donc Sarkozy a vraiment dit "musulmans d'apparence"... Il va s'arrêter quand ? #insultendiaire ». Et ce midi sur RMC, la secrétaire nationale d'Europe Ecologie Les Verts (EELV) a poursuivi : « Nicolas Sarkozy est tellement enferré dans sa stratégie de diabolisation qu’il ne se rend même plus compte de l’horreur des propos qu’il tient. Parce que maintenant on a une religion d’apparence !? Je crois que son propre niveau de tolérance à lui est complètement dépassé ; on est dans une situation où le Président de la République n’est plus capable de maîtriser son propre langage ».
Et sur le compte de Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de Gauche, on peut également lire : « Tous #musulmandapparence le 22 avril ! ».

« Clairement raciste »

De son côté, le Parti Communiste (PCF) a dénoncé, à travers un communiqué, cette qualification de « musulman d’apparence ». « Cette expression, en plus d'être d'une bêtise insondable, est clairement raciste ! », explique le PCF, évoquant une « inadmissible provocation ». « Comment le président de la République arrive-t-il à confondre, si ce n'est en le faisant volontairement, affaire de foi et couleur de peau? », s’étonnent ainsi les communistes : « Au moment où Marine Le Pen (...) cherche à exciter les plus bas instincts d'une opinion publique ébranlée par la terrible tuerie de Toulouse et Montauban, Nicolas Sarkozy a le devoir d'éviter de se rouler dans la même fange que la candidate FN ».

La Rédaction, avec Hugo Perrier