BFMTV

Municipales 2014: Dati se retire de la primaire UMP à Paris

-

- - -

L'ex-ministre Rachida Dati a annoncé mardi dans une interview au Point qu'elle retirait sa candidature à la primaire UMP à Paris en vue des municipales 2014, laissant la voie libre à NKM.

L'ex-ministre Rachida Dati a annoncé mardi dans une interview au Point qu'elle retirait sa candidature à la primaire UMP à Paris en vue des municipales dans la capitale en 2014.
« Que l'UMP désigne NKM et commençons la campagne municipale maintenant ! Elle a déjà été choisie par les médias et le système, la réalité est celle-là, même si je le regrette pour les autres candidats », explique la maire UMP du 7e arrondissement de Paris sans cacher une pointe d'amertume.
Avant d'ajouter : « Dans ce contexte, je retire ma candidature (...). Le plus dur n'est pas de gagner la primaire, mais de rassembler son camp pour gagner Paris ».
Le 5 avril dernier, pourtant, Rachida Dati, invitée de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV, affirmait encore vouloir aller « jusqu'au bout ».
Nathalie Kosciusko-Morizet trouve donc un boulevard dans ses rangs pour affronter l'année prochaine Anne Hidalgo, l'adjointe au maire de Paris, Bertrand Delanoë.

Dati conseille à NKM « un acte de courage »

L'ex-garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy (2007-2009) estime que la députée de l'Essonne a levé, « à [ses] yeux » les doutes sur sa volonté de s'impliquer à Paris, mais elle ajoute qu'aux « yeux des Parisiens, tout reste à faire ».
« Chacun doit bien réfléchir à ce que vivent aujourd'hui les Français, je n'oublie pas que Jean-Marie Le Pen a été élu du 20e arrondissement au moment où la gauche précipitait le pays dans la crise au début des années 80 », veut se rappeler Rachida Dati, conseillant à NKM d'avoir « un acte de courage, [pour] compenser son défaut d'implantation » dans la capitale, en allant « dans un arrondissement où se joue en partie notre victoire, par exemple le 12e arrondissement ».
Et de promettre qu'elle participera « ardemment à la campagne », avec une « implication totale sur le terrain (...). Ma crédibilité et ma notoriété seront au service de mon camp ».
Questionnée sur sa propre candidature à sa réélection dans le 7e arrondissement où elle pourrait devoir affronter des listes dissidentes, Rachida Dati réplique que « ceux qui mènent les dissidences ne servent que les intérêts des socialistes. Ce ne sont que des aventures personnelles ».

Alexandre Le Mer avec AFP