BFMTV

Moscovici sur RMC : «Pas question d’avoir une amnistie fiscale»

Pierre Moscovici affirme qu'il "n'a jamais menti".

Pierre Moscovici affirme qu'il "n'a jamais menti". - -

Sur RMC et BFMTV ce mardi matin, Pierre Moscovici a répondu aux critiques de cacophonie au sein de Bercy. Le ministre de l’Economie et des Finances a promis une lutte plus efficace contre la fraude fiscale.

Invité ce mardi matin sur RMC et BFMTV, Pierre Moscovici fait face à une vague d’impopularité, alors que 7 Français sur 10 sont mécontents de son action. Le ministre de l’Economie et des Finances est parfois en opposition avec Arnaud Montebourg et doit faire face aux critiques sur la cacophonie au sein de ce grand pôle qui réunit 7 ministres.

Le projet de loi de finances

8h55 - Pierre Moscovici : « Nous devons réduire nos déficits. Ça passe par des économies sur les dépenses publiques. Bernard Cazeneuve va mener ses conférences budgétaires, il y aura des annonces dès cet été ».

Sur les prix du tabac. Les buralistes demandent un moratoire.

8h55 - Pierre Moscovici : « Ce sera traité dans le cadre du projet de loi de finances. Je n’ai pas d’annonce à faire ».

Arnaud Montebourg veut ouvrir le débat sur le gaz de schiste :
8h53 - Pierre Moscovici : « Le président a été très clair. La ligne, c’est qu’il n’y aura pas d’exploitation de gaz de schiste en France tant qu’il n’y aura que la fracturation hydraulique. Personne n’interdit la recherche, et si d’autres technologies sont disponibles, tout le monde est d’accord ».

Cacophonie à Bercy ?

8h52 - Pierre Moscovici : « Ce que François Hollande nous demande, c’est qu’il y ait une seule ligne. La question n’est pas de savoir qui est le patron ».

Pourquoi les investissements immobiliers du Qatar ne sont pas soumis à certaines taxes sur les plus-values ?
8h50 - Pierre Moscovici : « Nous ne sommes pas un paradis fiscal. Nous avons des traitements fiscaux particuliers en fonction de telle ou telle situation. Un tiers des emplois de l’industrie vient d’entreprises contrôlées par des investissements étrangers. Je ne le condamne pas. Un pays qui se ferme dans la mondialisation est un pays qui meurt ».

Lutte européenne contre la fraude fiscale ? Le Luxembourg et l’Autriche s’y opposent.

8h46 - Pierre Moscovici : « Le problème est un problème de la communauté internationale, et qui arrive très haut dans les préoccupations des européens, des membres du G7. Il y a un mouvement qui s’est levé et ne s’arrêtera pas. Dans la loi bancaire, il est dit que les banques françaises devront donner la liste de leurs implantations dans tous les pays, nous sommes le premier pays à le faire. Nous allons établir notre liste des paradis fiscaux. J’ai négocié un accord sur l’échange automatique de données sur les comptes bancaires à l’échelle de l’Europe. Il faudra bien que tous les pays entrent dans le processus. On y passera ».

Sur le retour en France des exilés fiscaux :

8h43 - Pierre Moscovici : « Bernard Cazeneuve veut que, dès lors que quelqu’un est exilé fiscal, il y a l’objectif de le faire revenir. Mais il n’est pas question de mettre en place des processus d’amnistie fiscale. Il faut mettre en place des discussions avec le fisc pour trouver un accord dans le respect du droit. Je paye ce que je dois mais je ne vais pas en prison. La finalité n’est pas de faire un cadeau aux exilés, mais que les Français viennent payer leurs impôts ici ».

Sur la fraude fiscale :

8h42 - Pierre Moscovici : « Il y a une démarche du président de la République, qui veut faire reculer les paradis fiscaux, le secret bancaire dans l’Europe, faire l’échange automatique de données, et nous luttons contre la fraude fiscale. Un projet de loi sera présenté au Parlement dans la deuxième quinzaine de juin. Ce texte doit faire en sorte d’être plus efficace, renforcer l’administration fiscale, nous allons avoir une cinquantaine de personnes en plus, donner des moyens d’investigation, faire en sorte qu’il y ait un parquet spécial, et durcir les sanctions contre les fraudeurs. A l’échelle de l’Europe, il y a 1 000 milliards perdus. La lutte contre la fraude fiscale a rapporté 18 milliards d’euros en 2012, et on peut faire mieux ».

Jérôme Cahuzac aurait dit : « Il vaut mieux mentir 15 minutes aux députés que pendant un an sur l’Etat de la France comme le fait François Hollande ». Plusieurs ministres, dont Pierre Moscovici, vont devoir répondre à une commission d'enquête parlementaire :
8h36 - Pierre Moscovici : « Je ne sais pas s’il a dit ça, mais jamais nous n’avons menti aux Français. C’était une campagne de vérité, la situation est grave, la crise est là, nous avons demandé des efforts. La zone euro connaît une seconde année de récession. Il n’y a aucun mensonge ».

Retrouvez aussi le direct de Bourdin & Co de ce mardi matin.

Mathias Chaillot avec Jean-Jacques Bourdin