BFMTV

Morgue provisoire de Rungis: Castaner demande un contrôle sur les frais facturés aux familles

Christophe Castaner, le 30 juillet 2019 à l'Elysée

Christophe Castaner, le 30 juillet 2019 à l'Elysée - Lionel Bonaventure - AFP

Mercredi soir sur BFMTV, Sandrine Thiefaine, présidente de pompes funèbres de France, avait indiqué que l'opérateur OGF facturait 159 euros aux familles le passage du cercueil à Rungis.

Christophe Castaner a annoncé jeudi avoir demandé un "contrôle" sur la morgue provisoire installée dans un hall du marché de Rungis réquisitionné pour accueillir les cercueils des victimes du coronavirus, à propos des tarifs controversés pratiqués par l'opérateur privé qui la gère, en qualifiant la situation d'"anormale".

"Il me semble anormal que les contraintes liées à la situation de confinement et à des mortalités massives soient imputées financièrement aux familles", a déclaré le ministre de l'Intérieur devant la mission d'information de l'Assemblée nationale sur l'épidémie de covid-19.

55 euros pour une heure de recueillement

Soulignant que "la morgue de Rungis (était) gérée par un opérateur privé", il a expliqué qu'en découvrant "les tarifs" pratiqués par celui-ci, il avait "demandé un contrôle".

L'opérateur, OGF, prévoit un "forfait de 6 jours" à 159 euros pour "l'admission et le séjour en condition de conservation du cercueil fermé et scellé". La journée supplémentaire est facturée 35 euros. Un espace de recueillement est à disposition des familles, au prix de 55 euros pour "une heure maximum".

Nombreuses réactions politiques

Plusieurs responsables politiques se sont scandalisés de cette situation. "Le nouveau monde d'aujourd'hui c'est donc ça: on meurt tout seul sans une main amie et la famille paie le frigo pour récupérer ses morts? Ça suffit ! On peut confiner nos corps mais pas notre humanité", a tweeté le chef des Insoumis Jean-Luc Mélenchon.

Le candidat EELV aux municipales à Paris David Belliard a aussi dénoncé "une intolérable exploitation de la douleur et du chagrin". "Comment peut on accepter de rajouter l’indécence à la douleur?", s'est pour sa part exclamé le premier secrétaire du PS Olivier Faure sur le même réseau social. "Une honte sans nom", a renchéri le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan, vilipendant les "monstres qui profitent de la crise".

Journée supplémentaire à 35 euros

Pour faire face à la hausse de la mortalité en raison de l’épidémie de covid-19, un bâtiment du marché de gros de Rungis a été transformé en morgue d'une grande capacité.

Mercredi soir, sur BFMTV, Sandrine Thiefaine, président de pompes funèbres de France, concurrente de OGF, avait lancé la polémique, jugeant "pas acceptable" que le passage du cercueil à Rungis soit "payant pour les familles". Elle avait rappelé que le délai légal de six jours pour inhumer un défunt étant désormais dépassé, des dérogations ont été accordées. 

"A Rungis, on facture une journée supplémentaire 35 euros (au delà des 6 jours )", s'était-elle emportée.

B.R. avec AFP