BFMTV

Primaire: Morin ne voit pas de candidat UDI "capable de réaliser un bon score"

Le président du Nouveau Centre, Hervé Morin, ne voit pas l'UDI réaliser "un bon score à la primaire"

Le président du Nouveau Centre, Hervé Morin, ne voit pas l'UDI réaliser "un bon score à la primaire" - Jean-François Monier - AFP

En l'état, le président du Nouveau Centre, Hervé Morin, ne voit pas l'UDI réaliser "un bon score à la primaire" à droite, qui se dérouler en novembre prochain.

Hervé Morin plaide dans les colonnes du Figaro ce samedi, pour une "union de la droite et du centre derrière un candidat au premier tour" des élections présidentielles de 2017. Alors que certaines candidatures à la primaire de droite sont déjà annoncées, le président du Nouveau Centre présente cette union comme "un devoir". Le conseiller régional de Normandie juge aussi qu'aucun candidat centriste n'aura la possibilité de réaliser "un bon score" à cette primaire. 

Estimant que Marine Le Pen se qualifiera pour le second tour en 2017, Hervé Morin, seul centriste à avoir remporté en décembre une région, la Normandie, déclare que "l'union de la droite et du centre derrière un candidat au premier tour n'est pas simplement une nécessité. C'est un devoir".

"Ce que tous les derniers scrutins nous enseignent d'abord, c'est que la droite et le centre, additionnés, font à peine 30% au premier tour. C'est cela que je retiens en priorité. Face à la gauche et au FN, personne ne peut gagner sans rassembler", plaide ce député UDI de l'Eure.

Les centristes pourraient soutenir le candidat LR

Après avoir considéré que "le candidat UDI capable de réaliser un bon score à la primaire n'existe pas aujourd'hui", Hervé Morin note qu'il est possible pour les centristes de "soutenir celui qui, parmi Les Républicains, correspond le mieux à nos positions".

Interrogé sur François Bayrou (MoDem), qui soutient Alain Juppé tout en n'excluant pas de se présenter en 2017 si le maire Les Républicains de Bordeaux échoue à la primaire, il se borne à répondre: "C'est sa responsabilité".

la rédaction avec AFP