BFMTV

Michel Rocard et "la misère du monde": retour sur une citation mythique

-

- - Gérard Fouet - AFP

Maintes fois reprise, modifiée, tronquée et détournée, la phrase de Michel Rocard sur le droit d'asile lui a collé à la peau. Retour sur ces quelques mots devenus maxime politique.

"Nous ne pouvons pas héberger toute la misère du monde". Le 3 décembre 1989, sur le plateau de 7sur7, Michel Rocard, disparu samedi soir à l'âge de 85 ans, résume ainsi la politique migratoire de son gouvernement, que le Premier ministre d'alors veut "réaliste" face à la montée du Front national. Pour autant, la phrase de Michel Rocard ne s'arrête pas à ce simple constat. Devant les caméras, il évoquait aussi l'asile politique. 

La France, terre d'asile 

Suivant que l'on soit d'accord ou pas avec Michel Rocard, il suffit de couper la phrase au bon endroit pour y trouver ce que l'on veut, comme le rappelle Libération.

"Nous ne pouvons pas héberger toute la misère du monde. La France doit rester ce qu’elle est, une terre d’asile politique (…) mais pas plus."

Voilà la phrase complète prononcée par Michel Rocard en 1989. Le Premier ministre voulait alors réaffirmer la volonté du gouvernement socialiste de lutter contre l'immigration illégale, tout en garantissant le respect des conventions internationales sur le droit d'asile. Plus tard dans l'interview, il détaille même les "résultats" du ministère de l'Intérieur en matière d'expulsions.

"En 1988, nous avons refoulé à nos frontières 60.000 personnes. A quoi s'ajoutent une dizaine de milliers d'expulsions du territoire nationale".

Mais alors, pourquoi toujours évoquer "la part" que la France devrait prendre de cette "misère du monde". C'est en réalité un ajout que Michel Rocard fera quelques années plus tard à sa célèbre phrase. Lors d'un discours, il déclare: 

"Je maintiens que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. La part qu’elle en a, elle prend la responsabilité de la traiter le mieux possible. Mais à partir de là, ce n’est pas non plus une raison pour que la France se charge de toutes les xénophobies du monde".

P.A.