BFMTV

Mélenchon rencontre Macron et Merkel à Marseille

Le chef de file de la France insoumise était à Marseille à l'occasion de la rencontre d'Emmanuel Macron et d'Angela Merkel.

Emmanuel Macron a retrouvé ce vendredi à Marseille la chancelière allemande Angela Merkel. Derrière une réunion destinée à "préparer une rentrée chargée", les deux dirigeants semblent vouloir consolider leur alliance à l'approche des élections européennes et faire front commun face aux nationalismes anti-migrants qui progressent en Europe. 

L'occasion était trop belle pour le député des Bouches-du-Rhône Jean-Luc Mélenchon, qui a saisi l'occasion pour improviser une rencontre avec Emmanuel Macron. 

"C'est Angela Merkel qui dirige l'Europe"

Le chef de file de la France insoumise a déploré une Europe dirigée par la chancelière allemande et un Emmanuel Macron "transparent" qui "dit tout le temps oui à la chancelière."

"C'est madame Merkel qui dirige en Europe. Elle dirige tout et tous les présidents de la République successifs lui ont toujours dit oui sans discuter de dire quoi que ce soit", a déploré Jean-Luc Mélenchon. Et d'ajouter: "Elle roule les Français et les considère comme une quantité négligeable."

"Il faut trouver une solution pour que les gens puissent rester vivre chez eux"

Néanmoins, l'ancien sénateur socialiste s'est montré plutôt satisfait de sa rencontre avec Emmanuel Macron peu avant l'arrivée de la chancelière allemande.

"Je lui ai dit que madame Merkel ne comprenait rien à la Méditerranée et que c'était une bonne chose de l'avoir invitée ici", a t-il raconté. "C'est une bonne occasion pour lui expliquer que la France a un destin avec le reste du bassin. Et c'est quelque chose qu'il a très bien compris. Je lui ai dit qu'il fallait revenir à un projet plus raisonnable et il a répondu oui! On verra bien ce que cela donne". 

Au micro de BFMTV, Jean-Luc Mélenchon a en effet appelé à une "attitude raisonnée" de la part des gouvernements européens. "Il va y avoir une vague de réfugiés climatiques. Il faut trouver une solution pour que les gens puissent rester vivre chez eux. Les barricades, des barbelés, c'est n'importe quoi! La Méditerranée est un grand fossé et cela n'arrête rien!", a t-il défendu.

"J'ai toujours du plaisir à discuter avec monsieur Mélenchon. On n'a pas souvent les mêmes idées, mais c'est toujours respectueux et intéressant. On a des confrontations politiques mais ce n'est pas mon ennemi", a commenté pour sa part le président de la République. 

"Des contre-humanistes"

Mais Jean-Luc Mélenchon n'avait pas hésité à fustiger les deux dirigeants qu'il a accusé d'être "des contre-humanistes". "L'homme qui a fait voter les lois les plus dures en matière d'immigration au point de recevoir les compliments du néo-fasciste Salvini n'a de leçons à donner à personne", a t-il martelé sur BFMTV, faisant référence à Emmanuel Macron.

"Ils imposent à toute l'Afrique des partenariats économiques où on supprime les droits de douane et où on pousse à la misère toute la paysannerie, les deux mêmes viennent faire les malins là en disant 'nous sommes des humanistes' mais pas du tout, ce sont des contre-humanistes!", a-t-il par ailleurs déclaré à la presse, en marge d'une manifestation "Stop Macron", qui a rassemblé environ 200 personnes sur le Vieux-Port.
dossier :

Angela Merkel

Cyrielle Cabot