BFMTV

Marion Maréchal-Le Pen copie Trump à Washington: "la France d'abord"

Devant les conservateurs américains réunis à Washington, Marion Maréchal-Le Pen a vivement critiqué l'Union européenne et l'islam.

Marion Maréchal-Le Pen a beau expliquer, dans Valeurs actuelles, vouloir faire de la "métapolitique", son discours ce jeudi devant les conservateurs américains assemblés à Washington avait tout du discours classique d'un responsable frontiste.

"Très bien reçue par un auditoire acquis d'avance" selon notre correspondant Jean-Bernard Cadier, la petite-fille de Jean-Marie Le Pen avait dans le collimateur, sans grande surprise, l'Union européenne et l'Islam.

"Non, la France n’est plus libre aujourd’hui. Les Français ne sont plus libres de choisir leur politique économique ou monétaire, migratoire ou même diplomatique. Notre liberté est maintenant entre les mains de l’Union européenne", a déploré l'ancienne benjamine de l'Assemblée nationale, représentante en son temps de la tendance libérale conservatrice au sein du FN.

"Petite nièce de l'islam"

Sur la même lancée, Marion Maréchal-Le Pen s'est livrée à une profession de foi nationaliste, se plaçant dans les pas de Donald Trump: "Laissez-moi être claire: je ne suis pas choquée quand j’entends le président Donald Trump dire: ‘l’Amérique d’abord !’. Je veux ‘l’Amérique d’abord pour les Américains’, comme je veux ‘la Grande-Bretagne d’abord pour les Britanniques’, et je veux ‘la France d’abord’ pour le peuple français", a-t-elle lancé à la tribune.

Et de conclure sur l'islam: "Après 40 ans d’immigration massive, de lobbyisme islamique et de politiquement correct, la France est en train de passer de la fille ainée de l’Eglise à la petite nièce de l’Islam. Et le terrorisme n’est que la partie visible de l’iceberg."

Louis Nadau