BFMTV

Après la politique, Marion Maréchal-Le Pen se tourne vers l'éducation

Marion Maréchal-Le Pen le 22 mars 2015 à Carpentras.

Marion Maréchal-Le Pen le 22 mars 2015 à Carpentras. - BERTRAND LANGLOIS / AFP

L'ancienne députée frontiste est associée à la création d'une école et investie dans l'aspect marketing du projet. A son départ en mai, elle avait annoncé sa volonté de travailler dans le privé.

Elle n'a pas pris publiquement la parole depuis des mois, mais reste l'objet de discussions et d'interrogations récurrentes. Au moment de son retrait de la vie politique au début du mois de mai, Marion Maréchal-Le Pen a annoncé sa volonté de se lancer dans le privé. Depuis, chaque nouvelle ligne sur son CV est scrutée de près et les spéculations entourant sa carrière professionnelle vont bon train: on a ainsi appris qu'elle avait suivi une formation en anglais et en comptabilité et gestion, dans le but d'intégrer une entreprise parisienne.

Ce samedi, le Journal du Dimanche annonçait qu'elle avait trouvé un premier poste au sein d'Eduniversal, une entreprise dirigée par Martial Guiette, spécialiste de l'orientation des étudiants. Pas si vite, a répondu l'ancienne députée FN du Vaucluse, qui est sortie de son silence médiatique par le biais d'un communiqué envoyé au quotidien.

"Je démens avoir été "recrutée" par l'entreprise Eduniversal. Je ne suis aucunement en charge de la mise en place 'd'un nouvel étage de la société Eduniversal'. Je suis actuellement associée à la création et au développement d'une école dont l'initiative revient au futur PDG qui n'a aucun lien avec Eduniversal", précise la nièce de Marine Le Pen. 

Renvoyée à sa carrière politique

Elle reconnaît avoir rencontré Martial Guiette, mais c'était d'après elle "dans l'unique but de discuter d'une éventuelle convention de consulting marketing dans le cadre du lancement de cette école". Ladite convention n'aurait d'ailleurs pas été signée pour le moment.

Pas salariée, Marion Maréchal-Le Pen n'en reste donc pas moins "associée" à la création d'une école, comme le confirme Arnaud Stephan, son ancien bras-droit, qui se consacre désormais à la revue L'Incorrect et reste en contact régulier avec elle. Avec ce projet consacré à l'éducation, "elle prépare sa vie, et ne veut en aucun cas créer une marque autour de son nom", précise l'ancien conseiller presse, contacté par BFMTV.com. Il estime que ces spéculations sur son avenir peuvent lui porter préjudice. "C'est quelqu'un de cultivé qui essaye de changer de vie et à chaque fois on la renvoie à sa carrière politique", juge-t-il. Un champ dans lequel elle ne se reconnaîtrait plus aujourd'hui.

"Il faut lui laisser du temps, la laisser tranquille. Cette nouvelle vie la passionne, c'est une vraie histoire", ajoute celui qui se définit comme "son ami", et explique ne pas parler politique ou travail avec elle. 

Pas au contact des élèves

"Elle a trouvé un milieu dans lequel elle veut évoluer. Elle a fait un passage à l'IFP (Institut de formation politique) quand elle était députée, ça lui a beaucoup plus. Mais elle va être davantage dans un rôle marketing, pas tellement au contact des élèves", précise-t-il. L'Institut de formation politique propose des cours à des militants et étudiants à la sensibilité politique de droite. Parmi ses intervenants, on retrouve notamment le polémiste Eric Zemmour, le directeur de la rédaction de Valeurs actuelles, Goeffroy Lejeune, ou encore l'écrivain Denis Tillinac. 

D'après le JDD, Marion Maréchal-Le Pen vit désormais à Garches, dans les Hauts-de-Seine, non loin du fief familial de Montretout. C'est d'ailleurs là qu'elle a passé l'été, explique Arnaud Stephan, puisqu'elle y a été hébergée un temps par sa mère Yann, après avoir déménagé de Suresnes. S'il n'est point question entre eux de politique, il précise également que Marion Maréchal-Le Pen n'a plus aucun contact avec son grand-père, Jean-Marie Le Pen. 

Charlie Vandekerkhove