BFMTV

Marine Le Pen suggère de "confisquer" l'Aquarius à l'ONG qui l'affrète

Marine Le Pen, le 19 février 2016. -

Marine Le Pen, le 19 février 2016. - - Patrick Kovarik - AFP

Marine Le Pen a jugé ce mardi que la "manière forte" devait être employée contre le navire humanitaire Aquarius de l'ONG SOS Méditerranée, qu'elle accuse de "trafic de migrants".

La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, a suggéré ce mardi de "confisquer" le navire humanitaire Aquarius, qui doit bientôt arriver à Marseille, à l'ONG SOS Méditerranée qui l'affrète, estimant que cette dernière est "complice des passeurs".

"La manière forte doit être employée"

"Vide, l'Aquarius met le cap sur Marseille: l'Etat doit laisser le navire accoster... et le confisquer à SOS Méditerranée, ONG complice des passeurs", a écrit dans un tweet la dirigeante politique.

"La manière forte doit être employée pour faire cesser ce trafic de migrants", a ajouté la députée du Pas-de-Calais.

Dans la nuit du 9 au 10 juin, l'Aquarius, avec 630 migrants à bord, s'était vu refuser l'accès à Malte et en Italie, le nouveau ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini, chef de La Ligue (extrême droite), ayant refusé d'ouvrir ses ports au bateau.

Cap sur Marseille

L'odyssée du navire s'était achevée le 17 juin dans le port espagnol de Valence, à la suite d'une proposition du nouveau président du gouvernement espagnol, le social-démocrate Pedro Sanchez.

Puis l'Aquarius, sans migrants à bord, a mis le cap sur Marseille pour une escale technique qu'il doit faire dans les prochains jours, après le refus de Malte de l'accueillir et l'impossibilité, selon l'ONG, de se rendre en Italie.

dossier :

Marine Le Pen

M. F. avec AFP