BFMTV

Mariage pour tous : la messe est dite, n’en parlons plus

Le parti pris, avec Véronique Jacquier à 8h25 sur RMC.

Le parti pris, avec Véronique Jacquier à 8h25 sur RMC. - -

La loi sur le mariage homosexuel est promulguée, un premier mariage est annoncé le 29 mai, mais les anti-mariages vont encore manifester dimanche prochain. Pourtant, la mobilisation doit cesser.

La messe est dite ! Et nous avons même eu droit à la bénédiction du Conseil constitutionnel ! La messe est dite parce que la droite n'abrogera pas la loi quand elle reviendra au pouvoir. Jean-François Copé, le président de l'UMP, est malin. Il ne parle pas « d'abroger », mais de « réécrire » la loi. Comment la réécrit-on ? La constitution interdit les mesures rétroactives. Il sera impossible de démarier des homosexuels. L'UMP dit alors : « si nous gagnons en 2017, il n'y aura plus à partir de ce moment-là de mariage ou d'adoption par des homosexuels ». Mais dans les faits, c'est une promesse impossible à tenir. On ne peut pas se retrouver avec des statuts juridiques pour les mariés d'avant 2017 et ceux d'après 2017, et on ne pourra pas démarier ou désadopter. Le combat sur cette question sociétale est terminé.

Les opposants font valoir leur droit de manifester, de marquer leur réprobation. La mobilisation n'aurait plus aucun intérêt ?

Elle n'a plus d'intérêt pour trois raisons. La première : en tête de cortège dimanche prochain, on va voir quelques élus UMP. Ce n'est plus leur place. La loi a été votée, ils doivent se montrer républicains et ne pas mettre de l'huile sur le feu. Ensuite, c'est vrai, il y a une bonne raison de continuer la mobilisation : faire plier François Hollande sur l'introduction de la PMA, la Procréation médicalement assistée, dans le futur projet de loi sur la famille. Mais c'est déjà fait, François Hollande n'aborde plus le sujet. De toute façon, et c'est le 3e point, si vraiment François Hollande veut légiférer sur la PMA, il traitera les opposants comme il l'a fait jusqu'à présent pour le mariage, par le mépris.

Impossible de faire bouger les choses alors...

C'est avant qu'il fallait combattre le mariage pour tous. Pendant la campagne présidentielle, François Hollande n'a jamais fait mystère d'appliquer sa promesse de campagne et à l'époque, les évêques étaient bien timides dans leur sermon pour s'opposer au mariage gay. Même chose à l'UMP : beaucoup d'élus sont pour une union civile, c'était même une promesse de campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Mais pourquoi l'ancien président a-t-il renoncé ? Et pourquoi les UMP sont-ils aussi peu zélés pour évoquer le sujet ? Parce que l'union civile n'empêche pas l'adoption par des couples homosexuels. 

Que faut-il conseiller aux Français qui vont manifester dimanche.

D'organiser leur résistance par un engagement politique ou par le vote, mais pas d'entrer en dissidence. Ceux ne sont plus les opposants au mariage pour tous qui manifesteront dimanche, c'est le peuple de droite qui rêve d'un putsch contre François Hollande. Belle aubaine pour l'UMP qui se requinque dans l'opposition après la désastreuse guerre des chefs en novembre. Mais attention, en étant jusque boutiste, en se radicalisant, la droite tombe dans le piège tendu par François Hollande : apparaître ringarde et réactionnaire. La résistance au gouvernement passe par une droite capable désormais de proposer des idées, un programme ! En ce lundi de Pentecôte, elle peut appeler l'Esprit Saint à la rescousse !

Ecoutez ici le Parti Pris de Véronique Jacquier de ce lundi 20 mai.

Véronique Jacquier