BFMTV

Manuel Valls va-t-il continuer à être protégé par la France à Barcelone?

Manuel Valls lors de l'annonce de sa candidature à la mairie de Barcelone, ce mardi.

Manuel Valls lors de l'annonce de sa candidature à la mairie de Barcelone, ce mardi. - Josep LAGO / AFP

En sa qualité d'ancien Premier ministre, Manuel Valls est protégé aux frais de l'Etat, par un service de sécurité français. Mais qu'adviendra-t-il, maintenant qu'il se tourne vers la Catalogne?

Une nouvelle question se pose avec la candidature de Manuel Valls à la mairie de Barcelone. Au titre de ses anciennes fonctions à Matignon, des policiers spécialisés français assurent, à vie et sur le territoire national, la sécurité de Manuel Valls.

Mais que va-t-il advenir de ce service de sécurité, maintenant que Manuel Valls s'apprête à démissionner de son poste de député pour passer la majeure partie de son temps à Barcelone?

71.879 euros par an 

Généralement, lorsque la personnalité protégée sort du territoire français, l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) évalue les risques spécifiquement en fonction du déplacement. Or dans le cas présent, l'Uclat a jugé que le niveau de menace ne nécessiterait pas d'accompagnement spécial jusqu'à Barcelone, révèlent nos confrères du Parisien ce mardi. En raison de sa toute récente candidature, l'unité de coordination réétudie à l'heure actuelle le niveau de dangerosité. 

Le ministère de l'Intérieur, dont dépend cette unité spécialisée, concède qu'il s'agit là d'"une situation inédite", refusant de commenter outre mesure ces questions sécuritaires. Comme le rappelle le Parisien, Manuel Valls est jusqu'à aujourd'hui protégé, au même titre que ces prédécesseurs, aux frais de l'Etat, pour un coût de 71.879 euros par an.

Désormais officiellement candidat à la mairie de Barcelone, ce sera en réalité à Manuel Valls lui-même de trancher sur la question. Jusqu'à maintenant, Le Parisien indique qu'il s'est déjà rendu dans la capitale de la Catalogne accompagné de ses officiers de sécurité.

dossier :

Manuel Valls

Jeanne Bulant