BFMTV

Manuel Valls: "Sur un certain nombre de sujets, j'avais raison"

L'ancien Premier ministre, aujourd'hui conseiller municipal à la mairie de Barcelone, était l'invité de BFMTV et RMC ce mercredi matin.

Invité ce mercredi matin sur BFMTV et RMC, l'ancien Premier ministre Manuel Valls, aujourd'hui conseiller municipal à la mairie de Barcelone, a souligné la "nécessité de faire bloc et de mener la reconquête républicaine", alors que l'actualité de ces dernières semaines a été marquée par l'attaque mortelle à la préfecture de police de Paris, mais aussi par celle d'une mosquée de Bayonne, lundi, par un octogénaire ancien candidat du Front national qui a grièvement blessé deux fidèles, tandis que le Sénat a voté mardi soir l'interdiction du port de signes religieux pour les accompagnants de sorties scolaires, après une polémique autour du voile. 

"Ces débats ont en grande partie dynamité la gauche"

"Le pays s'est incontestablement fissuré depuis quelques années. Je l'ai vécu aux premières loges quand j'étais ministre de l'Intérieur et Premier ministre. (...) Quand on constate l'augmentation des actes antisémites, anti-musulmans, anti-chrétiens, la montée du communautarisme et de la radicalisation, et la montée des idées de l'extrême droite. On a un paysage particulièrement inquiétant", a martelé Manuel Valls, pour qui "nous visons une crise très profonde, une crise identitaire, culturelle". 

"Oui sur un certain nombre de sujets j'avais raison", a fait valoir l'ancien Premier ministre, évoquant les débats qui animaient déjà le quinquennat précédent. "Il ne faut jamais cacher les sujets, il ne fallait pas cacher la montée puissante de l'antisémitisme, les phénomènes de radicalisation, les débats au sein même de l'islam de France et la nécessité de faire bloc et de mener une vraie reconquête républicaine dont la laïcité est le pilier", a ajouté Manuel Valls. 

"Les débats qui traversent la majorité actuelle me rappellent ceux qui traversaient la gauche et le Parti socialiste. Ces débats ont en grande partie dynamité la gauche", a-t-il rappelé. "Mais je pense que la majorité actuelle a trop en mémoire ce qui s'est passé dans le quinquennat précédent et a cette capacité de résister", a cependant nuancé celui qui vit désormais en Espagne. 
dossier :

Manuel Valls

A.S.