BFMTV

Macron explique avoir remplacé Philippe par Castex pour ouvrir un "nouveau temps du quinquennat"

Le président de la République a expliqué le changement de Premier ministre par la nécessité d'avoir une équipe renouvelée pour ce "nouveau temps du quinquennat".

Il annonce un "nouveau temps du quinquennat". Interrogé lors de son interview du 14-Juillet sur le départ d'Édouard Philippe de Matignon, Emmanuel Macron a salué sa "loyauté" mais a évoqué la nécessité de changer d'équipe gouvernementale pour la suite de son mandat.

Après trois ans à la tête du gouvernement, le changement de Premier ministre est "une page politique et de la vie du pays qui se tourne", déclare Emmanuel Macron.

"Courage", "loyauté", "détermination" de Philippe

"Pendant trois années à mes côtés, il a dirigé avec beaucoup de courage, de loyauté, de détermination le gouvernement pour agir et faire ce sur quoi je m'étais engagé vis-à-vis des Français. (...) Changer de Premier ministre aujourd'hui ne signifie pas ne pas reconnaître le travail qui a été fait", a-t-il poursuivi.

Mais il explique ce changement pas la nécessité de renouveler le gouvernement pour la suite de sa présidence:

"On ne peut pas dire, on emploi un nouveau chemin, une nouvelle méthode, un nouveau temps du quinquennat et dire on le fait avec la même équipe", explique Emmanuel Macron.

"La patte humaine" de Castex

Sur le profil de Jean Castex, le chef d'État explique pourquoi il a été choisi pour "préparer le après 11 mai":

"Je l'ai vu faire pendant le confinement. (...) C’est un élu de terrain, d’une ville de taille réduite. C’est quelqu’un qui a une culture du dialogue social. Il y a la patte humaine, il peut être celui qui peut diriger cette nouvelle équipe en étant plus à l’écoute, en associant les élus de terrain en relançant l’économie avec les partenaires sociaux", se défend-il.

Aux yeux d'Emmanuel Macron, le nouveau gouvernement n'est pas de droite, même si le nouveau Premier ministre est issu des rangs de LR ou que des personnalités comme Roselyne Bachelot ont fait leur entrée dans l'exécutif. "Il y a des femmes et des hommes qui viennent de ce qu'était la droite, comme de la gauche et à peu près autant d'un côté que de l'autre", a-t-il affirmé.

Esther Paolini Journaliste BFMTV