BFMTV

Macron candidat: de protégé de Hollande à potentiel rival pour 2017

Emmanuel Macron et François Hollande, le 23 mai 2016.

Emmanuel Macron et François Hollande, le 23 mai 2016. - Francois Mori - Pool - AFP

Emmanuel Macron va officialiser mercredi sa candidature à la présidentielle de 2017. Avant même que ne se déclare le chef de l'Etat François Hollande, qui l'avait fait entrer en politique.

Il trace sa route. Seul. Emmanuel Macron, le fondateur du mouvement En Marche!, annoncera mercredi sa candidature à la présidentielle de 2017, a annoncé son entourage à BFMTV ce mardi. L'officialisation mettra fin à un faux suspense qui dure depuis des mois, depuis qu'il a claqué la porte du gouvernement le 30 août.

S'inscrivant en dehors de la primaire à gauche, sa candidature promet de venir siphonner des voix à celui qui sera choisi par le Parti socialiste et ses alliés pour porter leurs couleurs devant les Français. Elle grille aussi la politesse au président de la République François Hollande, qui doit annoncer en décembre s'il se porte candidat à sa réélection. Un dernier coup de poignard contre celui dont il a un temps été le protégé et qui juge désormais avoir été "trahi avec méthode". 

> Recruté à l'Elysée par Hollande

C'est grâce à François Hollande qu'Emmanuel Macron découvrira les ors du palais de l'Elysée. Le président, qui l'a rencontré quelques années auparavant lors d'un dîner chez Jacques Attali, l'y fait rentrer au lendemain de son élection. Le 15 mai 2012, celui qui était jusque-là associé gérant à la Banque Rotschild est nommé, à 34 ans, secrétaire général adjoint de la présidence de la République. 

Il glisse ses idées au chef de l'Etat. "Macron, c'est l'ennemi public. C'est lui qui impose la ligne idéologique, c'est lui qui a l'oreille du président", se désolait d'ailleurs un proche du ministre du Redressement productif d'alors, Arnaud Montebourg. Lors de son départ de l'Elysée pour cause de promotion au ministère de l'Economie, François Hollande aurait plaisanté, à propos d'Emmanuel Macron: "les hausses d'impôts, c'est lui!". Car c'est l'énarque qui aurait suggéré le CICE et le pacte de responsabilité pour les entreprises. 

> Promu ministre, il met l'exécutif dans l'embarras

Le 26 août 2014, Emmanuel Macron est promu ministre de l'Economie, à la faveur de la tonitruante démission d'Arnaud Montebourg. Il n'a jamais été élu, n'est pas membre du PS et symbolise, pour les frondeurs du PS, la "nouvelle ligne-sociale-libérale" du gouvernement. A Bercy, il fait passer sa loi "pour l'activité, la croissance et l'égalité des chances économiques", surnommée loi Macron. Mais surtout, il enchaîne les sorties et les transgressions. Il s'attaque aux totems de la gauche - 35 heures, statut des fonctionnaires... - semant la zizanie dans la majorité et obligeant l'exécutif à clarifier sa position.

> Toujours au gouvernement, il fonde "En Marche!"

Mais Emmanuel Macron est porté par une forte popularité que le président de la République, toujours bas dans les sondages, ne peut que lui envier. De son côté, la presse est prise d'une sorte de "Macron-mania", le ministre enchaînant les couvertures de magazines. Il est finalement relativement peu recadré et pas question non plus de se séparer de ce ministre star, alors que d'autres ont été écartés du gouvernement pour moins que cela.

Même quand il pousse toujours un peu plus loin les provocations. Le 6 avril 2016, toujours ministre de l'Economie, il annonce la création de son propre mouvement politique "transpartisan", "En Marche!", mais se défend de toute ambition élyséenne pour 2017. "Ce n’est pas un mouvement pour avoir un énième candidat de plus à la présidentielle, ce n’est pas ma priorité aujourd’hui. Ma priorité, c’est la situation du pays", assure-t-il. 

En juillet, il tient le premier meeting parisien de son mouvement. Deux jours plus tard, lors de l’intervention présidentielle du 14 juillet, François Hollande le rappelle à l'ordre. "Il y a des règles à respecter" quand on est au gouvernement: "la solidarité, l'esprit d'équipe, être à plein temps dans sa tâche", ( ) et "servir jusqu'au bout", sans "démarche personnelle et encore moins présidentielle". "Respecter ces règles c'est rester au gouvernement, ne pas les respecter, c'est ne pas rester au gouvernement", le recadre le chef de l'Etat.

> Il démissionne, Hollande se juge "trahi avec méthode"

Emmanuel Macron prépare sa démission, qui interviendra le 30 août, dans le plus grand secret. Le chef de l'Etat n'est mis au courant que quelques heures avant: le ministre lui téléphone le jour-même pour lui annoncer son intention de claquer la porte. 

Son départ est un coup très dur pour le chef de l'Etat: le gouvernement est d'un coup privé de son élément le plus populaire, qui aurait pu servir à attirer des catégories d'électeurs qu'Hollande ne parvient pas à atteindre. Surtout, son ancien protégé est désormais un potentiel rival qui pourrait se révéler très dangereux, capable de lui siphonner un grand nombre de voix s'il décidait de se représenter. Et alors que trois de ses anciens ministres viennent d'annoncer leur candidature pour la présidentielle - Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Cécile Duflot - François Hollande se retrouve bloqué à sa droite comme à sa gauche. "Il m’a trahi avec méthode", commente le chef de l'Etat lors d'un dîner de la majorité.

> Macron candidat avant Hollande

Le fondateur du mouvement En Marche!, qui vient enfin de détailler son programme dans une longue interview à L'Obs, se déclarera officiellement mercredi matin, à Bobigny. Grillant ainsi la politesse au président de la République, qui doit se déclarer en décembre. 

Extrêmement isolé et affaibli depuis la publication du livre Un président ne devrait pas dire ça..., François Hollande a minimisé l'impact que pourrait avoir cette décision pour lui-même, lors d'une interview sur France 24, TV5Monde et RFI. "Ce qui compte, ce n'est pas ma personne, c'est le pays", a déclaré le chef de l’État, pour qui "l'enjeu, c'est le rassemblement, c'est la cohésion", la gauche ne pouvant pas être au "rendez-vous" de 2017 "si elle n'est pas rassemblée".

Violette Robinet