BFMTV

UMP: une écrasante majorité de sympatisants veulent un changement

L'UMP peine à sortir d'une crise profonde qui ébranle les convictions des sympathisants.

L'UMP peine à sortir d'une crise profonde qui ébranle les convictions des sympathisants. - -

Quelque 79% des sympathisants du parti appellent à une rénovation en profondeur, alors que l'UMP s'enfonce dans différents scandales politico-judiciaires.

Une écrasante majorité de sympathisants de l'UMP (79%), sont convaincus que le principal parti d'opposition doit se rénover en profondeur, selon un sondage BVA pour I-télé-CQFD et Le Parisien- Aujourd'hui en France publié samedi.

Ils sont 61% des sympathisants de droite et 79% des sympathisants de l'UMP à appeler à une "rénovation profonde" du parti politique. Par ailleurs 29% des sympathisants de droite et 15% de ceux de l'UMP souhaitent même une dissolution pure et simple de l'UMP et son remplacement par un nouveau parti". Parmi les sympathisants de droite qui souhaitent une rénovation de l'UMP, 45% souhaitent un changement de nom.

Une volonté de changer qui s'inscrit dans le désir de sortir d'une crise qui n'en finit pas. Vendredi, le parquet de Paris a de nouveau ébranlé les fondations de l'UMP en révélant que trois juges financiers vont passer au peigne fin les comptes du parti, dans le cadre de l'enquête sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012.

L'UMP doit-elle changer son positionnement?

Mais les sympathisants de l'UMP sont partagés sur le positionnement politique futur de l'UMP: 54% souhaitent que le parti soit à l'avenir "plus à droite qu'aujourd'hui" et 41% souhaitent à l'inverse que l'UMP soit "plus centriste qu'aujourd'hui".

En outre les sympathisant de droite (UDI, UMP, FN) sont 50% à souhaiter que l'UMP soit plus à droite qu'aujourd'hui. Parmi les sympathisants UDI, 79% souhaitent que l'UMP soit plus centriste qu'aujourd'hui. A contrario, 8% des sympathisants de droite et 6% de ceux de l'UMP souhaite que l'UMP reste "comme elle est actuellement".

Enquête réalisée auprès d'un échantillon de 951 personnes représentatif de la population française les 26 et 27 juin 2014.

A. G. avec AFP