BFMTV

UMP: quand Jérôme Lavrilleux flingue ses collègues

Jérôme Lavrilleux, ancien directeur de cabinet de Jean-François Copé et député européen, le 15 octobre 2012 à Paris

Jérôme Lavrilleux, ancien directeur de cabinet de Jean-François Copé et député européen, le 15 octobre 2012 à Paris - -

Il avait reconnu sur BFMTV des "dérapages" financiers lors de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012: Jérôme Lavrilleux se confie à nouveau dans un long entretien accordé au "Point"... et en profite pour couper des têtes.

Jérôme Lavrilleux va mieux. Après avoir livré au bord des larmes, le 26 mai dernier sur BFMTV, sa version de l'affaire Bygmalion, l'ancien directeur de cabinet de Jean-François Copé semble avoir repris du poil de la bête. Dans une longue interview accordée à l'hebdomadaire Le Point, le tout nouveau eurodéputé passe aussi bien son compte en banque au crible que ses collègues à l'UMP. Morceaux choisis.

"Je n'ai pas pris de fric"

C'est à la table du restaurant "Brochettes & Cie", à Saint-Quentin, dans l'Aisne, département dont il est également conseiller général, que Jérôme Lavrilleux dresse, dans un premier temps, à la journaliste du Point l'étendue de sa situation financière.

"Quand les enquêteurs vont voir que je n'ai pas pris de fric, ça va être un problème." "J'ai acheté [ma maison] en 2006 [...] 400.000 euros. J'ai pris un crédit de vingt ans. J'ai 20.000 euros sur un livret A, 30.000 euros sur mon compte courant. J'ai 100 euros d'actions dans une société civile. Voyez, je m'en suis foutu plein les poches. Au bout de vingt-deux ans ­d'activité ­professionnelle! Ils pourront venir retourner chaque latte de mon parquet, je n'ai rien à cacher, rien de rien", assure-t-il.

"Wauquiez, c'est une raclure"

Après les hors-d'oeuvre, le plat de résistance: proche de Jean-François Copé, Jérôme Lavrilleux s'en prend violemment à ses collègues de l'UMP: François Fillon, Alain Juppé, Laurent Wauquiez, Nathalie Kosciusko-Morizet, François Baroin... pas de jaloux, chacun en prend pour grade.

"Le problème dans ce milieu, c'est qu'il y a des gens morts de l'intérieur: Baroin, Juppé. Copé ne l'est pas. Fillon non plus, lui, il est complexé de l'intérieur, il est dans l'auto­-émasculation tout en ayant besoin de prouver sa virilité".

"Wauquiez, c'est une raclure. NKM, ce n'est pas une belle personne", poursuit-il.

Seuls rescapés de ce dézinguage en règle: le député Bruno Le Maire et l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy. "Le Maire est très sympa et vivant, alors qu'il a l'air d'un poisson froid. Sarkozy, c'est le plus vivant de tous, mais à quoi ça sert ?", finit-il par se demander.

M.G.