BFMTV

Sarkozy au Parc des princes: gêne et ironie chez Les Républicains

Le président du parti Les Républicains a assisté au match PSG-OL, dimanche soir, juste après l'annonce des résultats du second tour des élections régionales. Une présence au Parc des princes très remarquée et raillée par certains au sein du parti.

En pleine soirée électorale du second tour des élections régionales, le président des Républicains, Nicolas Sarkozy, a été aperçu au Parc des princes où le PSG disputait un match. Une présence remarquée, alors que le succès de la droite aux élections est mitigé.

"Les jours où on ne gagne pas suffisamment, qu'on aille voir une équipe gagner, ça peut se comprendre", a réagi Jean-Pierre Raffarin, lundi matin sur BFMTV-RMC.

Après sa déclaration à l’issue du second tour des élections régionales, Nicolas Sarkozy n'avait pas traîné, rue de Vaugirard. L’ancien chef de l’État a ainsi annoncé son intention d’ouvrir le débat au sein de sa famille politique… avant de rejoindre le président du club parisien Nasser Al-Khelaïfi et son homologue lyonnais Jean-Michel Aulas pour assister au match PSG-OL.

"Quand Nicolas Sarkozy veut aller au stade, il y va"

Une présence qui n'est pas passée inaperçue. Dès dimanche soir, un élu Les Républicains n'avait pu dissimuler son agacement devant ce comportement.

"Il a envie d'aller au stade, il va au stade. Nicolas Sarkozy est un homme qui se caractérise par le fait que quand il a envie de faire quelque chose, il le fait, tout le monde le sait. Voilà, il a envie d'aller au stade, il va au stade. Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise?", a réagi le maire LR du Havre, Edouard Philippe, dimanche soir sur le plateau de BFMTV.

Et de poursuivre, dents serrées:

"Posez-lui la question, je n'ai pas d'avis sur le sujet. Moi-même je suis avec vous et je suis content d'être ici et pas au stade."

Lundi matin, Eric Woerth a défendu Nicolas Sarkozy, dont il a été le ministre. "Nicolas Sarkozy n'est pas Premier ministre de la France. Il a suivi les résultats électoraux avec le plus grand sérieux, il a préparé son intervention et a fait un discours fort à l'issue du scrutin, il est assez naturel qu'il puisse après" assister à un match, a-t-il défendu. "C'est une manière de montrer qu'on peut vivre, qu'on n'est pas obligé d'être dans ce chaudron qu'est Paris."

S. C.