BFMTV

Présidentielle de 2022: François Baroin "clarifiera ses intentions à l'automne"

François Baroin lors du 102e congrès des maires, le 19 novembre 2019

François Baroin lors du 102e congrès des maires, le 19 novembre 2019 - IAN LANGSDON / POOL / AFP

Dans un entretien au JDD, le président de l'Association des maires de France estime que le moment est venu de "tirer les leçons de la crise sanitaire".

L'ancien ministre LR François Baroin, que certains dans son parti verraient bien candidat à la présidentielle de 2022, assure dans le Journal du Dimanche qu'il "clarifiera ses intentions à l'automne".

"Le temps n’est pas à la présidentielle. Les leçons de la crise doivent être tirées, c’est la priorité pour les Français. Quelle que soit ma décision, je clarifierai mes intentions à l'automne", déclare le président de l'Association des maires de France.

L'ancien ministre doit publier également le 23 septembre un livre pour nourrir "le débat des idées de (sa) famille politique". "Mais la question de l'incarnation, c'est un autre sujet. Ce n'est pas ce rendez-vous-là", précise-t-il à l'hebdomadaire.

Le premier tour des municipales, "un échec sévère" pour LaREM

Pour François Baroin, le premier tour des élections municipales a été "un échec sévère pour le parti du président", qui a montré son "incompréhension complète du besoin de proximité".

"Le premier tour a en revanche été un succès pour Les Républicains, qui restent la première force politique municipale. La droite en termine avec un long cycle de défaites", ajoute le maire de Troyes. 

"Cette dynamique va conforter la reconstruction de notre parti engagée par Christian Jacob, qui a su rassembler nos alliés naturels", assure-t-il.

Les militants LaREM "n'ont pas su trouver ce qui les rassemblait et cette lente dérive des continents va conduire à retrouver un paysage politique traditionnel : une droite populaire, forte d’une nouvelle génération qui a obtenu des scores spectaculaires aux municipales" et "une gauche qui reconstitue un arc assez large", analyse François Baroin.

Mélanie Rostagnat avec AFP